jeudi 22 novembre 2012

A pumpkin pie for Thanksgiving

La tradition nord-américaine fait remonter l'observance de la fête de Thanksgiving à l'histoire d'un des premiers groupes de colons arrivés à Plymouth à bord du Mayflower en 1620 et sauvés de la famine l'hiver suivant par les indiens Wampanoag qui partagèrent avec eux leurs provisions de maïs, patates douces et citrouilles et leur apprirent par la suite à cultiver les légumes locaux.

Les américains sont plutôt doués pour construire des légendes, et les indiens auraient sans doute dû se méfier un peu plus, mais c'est une belle histoire d'homme et de partage que raconte cette fête d'Action de Grâce (qui est fêtée d'ailleurs sous ce nom chez nos cousins du Québec, et dans le reste du Canada sous le nom de Thanksgiving, au mois d'octobre). Au delà de son aspect religieux originel, j'aime bien l'idée plutôt païenne de remercier la Terre pour l'abondance des récoltes.

Les nord-américains ce jour là partagent ensemble les produits que nous a donné le Nouveau Monde, la dinde bien sûr, les patates douces, les pommes de terre, le maïs, les canneberges et la traditionnelle tarte à la citrouille.

Rosalie nous avait donné une butternut, et Marie-Noëlle un énorme potiron pour fêter Halloween - vive mes voisines. C'était l'occasion de l'entamer pour faire cette tarte prise chez Hélène, qui m'avait assuré que c'était la meilleure recette de toutes celles qu'elle avait essayées. C'était très bon, doux, crémeux, pas trop sucré, justement épicé. J'ai aimé cette douceur, ce goût de Noël, même si mes enfants l'ont boudée.


Tarte au potiron / Pumkin pie
(pour un moule de 22cm)

Pâte
  • 1/2 cuillerée à café de sel
  • 1/2 tasse d'eau glacée
  • 3 tasses de farine
  • 2,5 cuillerées à café de sucre
  • 125 g de beurre froid coupé en morceaux
  • 90 g de saindoux froid coupé en morceaux

Garniture
  • 4 gros œufs
  • ½ tasse de sucre en poudre
  • 1/4 tasse de sucre Muscovado
  • ½ cuillerée à café de sel
  • 1 cuillèrée à café de cannelle en poudre
  • 1 cuillèrée à café de gingembre moulu
  • 1/4 cuillèrée à café de muscade moulue
  • 1/8 cuillerée à café de clou de girofle moulu
  • 1 kg de potiron ou de citrouille
  • 1 tasse de crème épaisse
La veille : préparer la pâte. Mélanger ensemble l'eau et le sel dans un bol. Réserver.

Placer la farine et le sucre dans le bol du robot. Faire tourner juste ce qu'il faut pour mélanger le tout. Ajouter le beurre et le saindoux et continuer à mixer jusqu'à ce que le mélange soit sablé. Ajouter l'eau salée et mélanger juste assez pour que la pâte soit amalgamée. Pas plus, surtout ! Diviser la pâte en deux morceaux de même poids et les emballer dans des sacs à congélation bien fermés. Réfrigérer une nuit avant utilisation.

Note: cette quantité m'a donné suffisamment de pâte pour le fond de tarte, la décoration et une deuxième petite tarte aux pommes. On peut réduire les proportions.  Ceci dit, elle se conserve très bien au congélateur pour une utilisation ultérieure.

Le lendemain:

Détailler la chair de potiron en cubes. Faire cuire à la vapeur jusqu’à ce qu’elle soit tendre, environ 20 minutes. Laisser bien égoutter. Réduire en purée à la fourchette ou au mixer. Laisser encore égoutter environ 1/2 heure au travers d'une passoire fine.

Sur une surface de travail légèrement farinée, abaisser l'une des pâtes sur une épaisseur de 0,3 cm. Réserver.

Préchauffer le four à 200°C. Sur une surface de travail légèrement farinée, abaisser la pâte restante en un cercle de 30 cm. Avec un pinceau à pâtisserie sec, brosser tout l'excédent de farine. Foncer un moule à pie de 22 cm de diamètre. Garder un débord de 2,5 cm tout autour. Replier de façon à ce qu’il dépasse légèrement le bord du moule.

Piquer le fond de pâte avec une fourchette. Couvrir le fond de pâte d’un rond de papier sulfurisé et le couvrir de haricots secs ou de billes en céramique. Enfourner pour 10 minutes. Transférer sur une grille. Retirer le papier sulfurisé et les poids. Laissez refroidir.

Battre un oeuf dans un petit bol. Badigeonner le bord de la croûte cuite avec l'oeuf. Pour décorer la tarte, utiliser le reste de pâte pour découper les motifs de votre choix et les coller sur le pourtour de la tarte. Badigeonner avec l'œuf battu. Replacer la croûte au réfrigérateur pour une heure.

Dans un grand bol, mélanger ensemble les deux sucres, le sel, la cannelle, le gingembre, la muscade et clous de girofle. Ajouter 450g de purée de potiron bien sèche et bien mélanger. Incorporer les 3 œufs et la crème.Verser le mélange à la citrouille dans la croûte à tarte préparée.

Placer dans un four à 210°C et laisser cuire jusqu'à ce que le centre de la tarte soit juste pris, environ 40 minutes. Laisser le gâteau refroidir complètement sur une grille.


13 comments:

Rosa's Yummy Yums a dit…

Un beau pie! La texture à l'air parfaite.

Bises,

Rosa

Marielle a dit…

Je la trouve superbe ta citrouille !!
J'aime beauccoup l'histoire des premiers colons sauvés par les indiens qui furent ensuite massacrés. c'est ce beau partage entre les peuples que l'on fête aujourd'hui ;o) Bon comme tu le dis, cela permet de fêter les beaux produits qui nous viennent d'amérique.
des valeurs sures les recettes d'Hélène, comme les tiennes. Avec vous on sait toujours que la recette sera bonne ;o)
bises

Mijo a dit…

La 1ère que j'ai mangée : pour Thanksgiving, un certain jeudi de novembre en Californie du côté de Sacramento. Ce ne fut pas la dernière, c'est si bon.
La tienne est si belle avec ses petites étoiles pour la décorer.

CoinCoin a dit…

J'aime beaucoup les étoiles sur le bords de ta tarte !

Reglisse a dit…

Elle a l'air délicieuse et niveau présentation les étoiles sur les bords c'est très joli !

Hélène a dit…

Elle est superbe cette tarte. Ah! ces enfants. Je te rassure mes filles n'aime pas non plus.
Comme tu le dis les américains sont doués pour construire des légendes.

Hélène (Cannes) a dit…

Vilains enfants ! ;o))) Tu l'as rendue tout à fait divine, cette tarte. je note les étoiles, ça changera de mes sempiternelles feuilles ! ;o)
Bisous

Au gré du marché a dit…

Cette tarte est vraiment superbe et elle est probablement meilleure que si tu l'avais cuisinée avec de la pulpe de citrouille américaine qui, somme toute, a un goût très ordinaire.
Vive les tartes à la citrouille qui ne sont pas faites avec de la citrouille!
Lou

Camille a dit…

Quand je pense à la fin de la tarte... J'aurais pu traverser Paris pour une Pumpkin Pie Gracianne-made.

Christine a dit…

Cuisiner, c'est faire "action de grâce" avec plus ou moins de coeur tous les jours, non?
Baci a te, Gracianne, bye!

Famille Gerdel a dit…

Il s'agit effectivement d'une fête très populaire au Québec... Par contre, la tarte à la citrouille est boudée par plusieurs. Wouhhh! ;-)

Anne
Ville de Québec

Pascale (Snapulk) a dit…

Vivement que les enfants grandissent! Elle a l'air superbe, la texture, les épices odorantes que j'imagine, moi, j'aurais aimé!

Gracianne a dit…

Rosa, oui, la texture était vraiment top je trouve, moelleuse, pas dense comme certaines tartes au potiron, sans doute grâce à l’ajout de crème.

Marielle, ce n’est pas une citrouille, c’est un potiron. Je les trouve encore plus beaux personnellement. Mais ils viennent d’Amérique aussi, on oublie trop facilement l’origine de tous ces légumes et combien l’ordinaire devait être plus sobre avant que les tomates, les pommes de terre, les potirons, le chocolat, etc, n’arrivent chez nous.

Mijo, Sacramento hey ? On the road, again :) les étoiles lui vont bien non ?

Coin-Coin, Réglisse, décidément mes petites étoiles ont du succès.

Hélène, merci. Quelque part, tu me rassures, ce n’est pas faute d’essayer de leur faire découvrir tous ces goûts, ça viendra un jour.

Hélène, grand merci pour ta recette. Et pour toutes tes recettes de Thanksgiving du même billet. Ton blog est une vraie mine :)

Lou, les citrouilles n’ont pas un goût très différent de celui du potiron je trouve. Ce qui fait la différence à mon avis c’est le fait d’utiliser de la pulpe fraiche plutôt que de la purée de citrouille en conserve comme dans les recettes américaines (ici, de toute façon, on n’en trouve pas).

Camille, RIP la tarte au potiron. Désolée, ce sera pour une autre fois.

Christine, la cuisine est presque une religion ;)

Anne, j’ai découvert ça l’an dernier par l’intermédiaire d’amis français émigrés à Montréal, je n’avais aucune idée que vous la fêtiez aussi – j’ai découvert par la même occasion que c’était une fête beaucoup plus ancienne que l’histoire du Mayflower et des pilgrim fathers. On apprend tous les jours.

Pascale, mes enfants disent que je fais des desserts pour adulte – et non, je ne suis pas vraiment pressée qu’ils grandissent en fait.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...