mercredi 8 novembre 2006

Un Casareccio pour Sandra


Je marchais longtemps, de Porta Portese aux ruelles du Trastevere, pour aller jusqu’au fornaio acheter un casareccio, un demi, ou un quart, il était vendu au poids. Et je repartais contente, avec le pain encore chaud dans son enveloppe de papier brun, le ciel bleu de Rome au dessus. Des promesses de tartines plein la tête.

Là-bas, la baguette, les croissants nous manquaient. Allez savoir pourquoi, même dans un pays de cocagne, il manque toujours quelque chose aux expatriés. Mais il y avait les panini al latte, les cornetti, les rosette, la pizza bianca et le casareccio. Un gros pain de ménage à la croûte noire caramélisée, à la mie brune, très alvéolée, presque élastique, cuit au four à bois. Le pain idéal pour saucer, délicieux grillé, frotté d’ail et arrosé d’huile d’olive.

Ici, par un juste retour des choses, le casareccio nous manque. Alors, ce pain, je l’ai dans la tête depuis que Sandra en a publié une version de la région des Pouilles, il y a de longs mois. Mais où trouver le temps de commencer la biga la veille, de pétrir et d’attendre 3 à 5 heures que la pâte lève, de repétrir et d’attendre encore 1 heure, 1 heure 30 avant d’enfourner. Tout dépend de la température, le pain est une diva qui sait se faire désirer.

Il m'aura fallu une triste journée d'automne pour me lancer. Quoi de mieux à faire quand le brouillard couvre la campagne toute la journée que de regarder pousser la pâte et d'allumer le four?
Finalement, ce n'est pas le pain de mes souvenirs. Il manque la croûte noire, il me faudrait un four à bois peut-être. Mais qu'est-ce qu'il était beau, et bon! Quelle fierté de le sortir du four celui-là!

Sandra, merci. Ce pain est pour toi, et pour ta petite qui vient de naitre.

Pour la recette, allez visiter Le Pétrin, je n'ai rien modifié.

37 comments:

Véro a dit…

Tu peux en être fière, c'est vrai qu'il est bien beau! En le voyant, on a envie de sentir son odeur, et de plonger son nez dans la mie chaude... Je suis comme toi, en voyage à l'autre bout du monde, où que ce soit, il y a quand même une chose qui me manque toujours: les croissants et la baguette français... Ca peut sembler cliché, mais c'est pourtant bien vrai!

Colette a dit…

Gracianne ,tu crois que demain matin pour mon p'tit déj ,je trouverai une tartine de ce beau pain sur mon plateau .Allez on essaye.....oups....merci et gros bisou

Miss Diane a dit…

Vraiment très beau et sûrement très bon!

Mercotte a dit…

Tout comme chez Sandra, on dirait un vrai pain de professionnelle ! bravo

mamina a dit…

Magnifique. Et puis, j'ai fait un petit tour à Rome ce matin, je me revois dans le Trastevere où nous étions dans un petit hôtel et où nous allions tous les soirs nous mêler à la foule pour la passegiata à l'heure de l'apéro.

Emilie a dit…

ton pain est superbe !!! Et tu as de beaux souvenirs, j'aime quand tu nous les racontes :)

Rosa's Yummy Yums a dit…

Très réussi ton pain! J'en prends quelques tranches pour mon petit déjeuner!!!

Fabienne a dit…

Elle n'était pas si triste cette journée d'automne !

Alhya a dit…

il me manque toujours le temps pour faire ça et en même temps, n'est ce pas finalement que le pain d'abord se mérite, ensuite nous ramène au calme, parce que justement il impose de laisser filer les minutes, sans plus les compter... il faut définitivement que je me laisse prendre par le rythme du pain!

Hélène a dit…

Superbe ton pain ! Bravo
Moi, je me contente de me balader chez Sandra.

Snapulk a dit…

Je n'ose pas encore trop me lancer dans la fabrication du pain et pour l'instant, je n'ai pas obtenu de résultats fantastiques... Mais là, ta description est tentante, laisse imaginer les odeurs chaleureuses de la cuisson, et puis j'ai fait un tour sur le blog de Sandra... je vais peut-être retenter!

MarieT a dit…

Comme il est beau et comme tu sais nous le présenter. Un instant, j'en ai même perçu l'odeur et j'ai senti sous mes doigts la croûte encore chaude.

Elvira a dit…

Comme il est beau, ton pain, Gracianne! Et le texte qui nous amène à lui aussi... :-)

Mimine a dit…

Et bien je dis merci les tristes journees d'automne et vivement les longues journees d'hiver pour plein de beaux messages comme celui-ci ;)

Ringo Churros a dit…

Le pain grillé, frotté d'ail et arrosé d'huile d'olive, un vrai poème. On reconnait là les connaisseurs, et quand on y ajoute une lanière de Pata negra, Madre Mia ....

bea at La Tartine Gourmande a dit…

Je visualise deja toutes ces belles tartines...

Hélène (Cannes) a dit…

Un vrai pain de pro !!!
Ton évocation italienne me donne très envie d'aller découvrir Rome. Je suis sûr que j'adorerais cette ville !
Passe une bonne semaine et à bientôt !
Bises
Hélène

maloud a dit…

Beau texte comme toujours. Je me croyais à Rome. Le pain m'a fait voyager à Puglia. J'y ai passé des belles vacances. Si belles que on a retourné.

Cocopassions a dit…

Moi j'en veux bien aussi dis !

Dorian a dit…

Depuis une journée du mois d'août l'Italie me parle... et avec de telles recettes et de tels récits je pense qu'elle va arrêter de me parler pour me crier, VIENS !!!

anne a dit…

Il est magnifique ton pain! je suis heureuse que Sandra a renoncé de fermer sa boutique!

zaza a dit…

J'aime te lire ma Gracianne !!!!
Qu'est ce que tu raconte bien, et ton pain....je le tremperais bien dans mon café de ce matin !!!!!
oooooohhhhhhh oui !!!!!! et avec du beurre salé..... MMMMMMMiaaaaaaaaaaaaaammmmmmmmmm !!
!!!
bizs

Clairechen a dit…

mmm j'ai l'impression d'avoir le parfum de pain dans les narines.... j'en prendrai bien quelques tartines pour tremper dans mon café ce matin.....

patoumi a dit…

Ce pain fait tellement envie... Comme des vacances en Italie...

marion a dit…

whaaow !
en effet, quoi de mieux qu'une journée grise et froide pour faire une beauté pareille ?
Je m'y mets demain aux recettes de Sandra, c'est décidé !
Merci Gracianne :o)

tarzile a dit…

Si c'est possible, tes billets sont de plus en plus beaux.

Et un pain. On dirait bien que tout l'amour du monde s'y concentre.

Bon dimanche

penglobe a dit…

tu as raison,
c'est ideal pour chasser le brouillard!

Lilo a dit…

Je ne sais pas ce que j'attends encore pour faire du pain... à lire ton billet et à regarder la photo, j'imagine bien l'odeur chaleureuse de cette diva !

peggy a dit…

superbe! vraiment!
c'est marrant car c'est une recette qui m'a tapé dans l'oeil sur le Pétrin... peut-être parce que mon père est pugliese!
ciaoooooooooo

manouche a dit…

Il est des jours où l'on bénirait le temps d'être si maussade... J'ai déjà une tomate coupée et une gousse d'ail pour aller tâter ton merveilleux pain !!

Catherine a dit…

Ce pain ne demande qu'une chose... être rompu et dégusté au coin de la cheminée avec...un bon verre de vin! Bravo!

lolie a dit…

il donne terriblement envie ce pain!

Marie Cuisine a dit…

Il est magnifique ton pain, et il me donne très envie.

Anonyme a dit…

Le Pain comme une pro , ce qui m'étonne toujours , je suis une impatiente impénitente ....alors je vous regarde faire ...
Garance

Gracianne a dit…

Le pain, vous devriez essayer...c'est une forme de méditation, un exercice très apaisant. On apprend la patience, et puis quand ça ne marche pas, on recommence. Je suis très novice, mais c'est une des activités de la cuisine qui me donne le plus de satisfaction. Sandra a raison, pas besoin de matériel sophistiqué, les mains suffisent, et puis un four bien sûr. Et si, en plus, les pains nous font voyager les papilles, le bonheur est total.

marmitedecathy a dit…

Je suis définitivement trop speed pour faire le pain, la méditation c'est vraiment pas pour moi , pourtant tu me fais bien envie quand je vois ce beau pain, que j'imagine agrémenté de rillettes !

auré a dit…

Superbe ce pain, c'est la récompense de ta patience!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...