lundi 1 décembre 2008

Pintade noyée dans le Côte du Rhône

Le temps froid, l’humidité lourde, la terre qui colle aux pieds, tout pousse vers l’intérieur, le repli. Envie de confort, de chaleur, de grandes tablées bruyantes. De plats simples, rustiques, de ceux qui mijotent tranquillement des heures.

Se faire plaisir. Sortir dans le jardin chercher du thym, de la sarriette. Faire dorer la pintade au goût de gibier, en picorer quelques petits morceaux au passage. Rajouter les lardons, les regarder fondre et grésiller, en piquer un ou deux. Des oignons, de l’ail, des petits champi tout frais, et plein de laurier pour donner au plat un goût de résine, de sud. Noyer de vin, couvrir, et attendre.

L’attente en elle-même est savoureuse.


Pintade au Côte du Rhône

1 pintade
2 cs d’huile d’olive
200g de lard fumé, coupé en lardons
2 oignons émincés
1 gousse d’ail
1 cs de farine
6 feuilles de laurier fraiches
2 brins de thym frais
1 brin de sarriette fraiche
500g de champignons de Paris
Sel, poivre, piment d’Espelette
2 chatons de poivre long
Côte du Rhône

Couper la pintade en morceaux. Les faire revenir dans un cocotte en fonte, dans un fond d’huile d’olive. Saler, poivrer, espeletter et réserver dans un plat. Dans la même cocotte, faire revenir doucement les oignons et l’ail, jusqu’à transparence. Ajouter la farine, bien mélanger et laisser cuire 2 minutes. Ajouter un peu de vin, bien mélanger pour lier la sauce. Ajouter le laurier, les herbes et le poivre long, puis les morceaux de pintade. Verser du vin à hauteur. Laisser mijoter tranquillement 30 minutes.
Pendant ce temps, émincer les champignons, les faire revenir rapidement à la poêle avec un filet d’huile d’olive. Saler, poivrer. Les ajouter à la cocotte et faire cuire encore 30 minutes.
Au bout de ce temps, si la sauce est trop liquide, ôter les morceaux de pintade de la cocotte et faire réduire la sauce avant de remettre les morceaux à chauffer doucement. Servir avec des tagliatelles fraiches.

Une recette qui me vient d'un joli livre, Recipes from a French herb garden, de Geraldene Holt, préfacé par M.F.K. Fisher elle-même : “Geraldene Holt is one of the best regional cookbook writers of the century”.

38 comments:

Choupette a dit…

Je vois que nous sommes dans le même état d'esprit puisqu'hier, j'ai fait un plat qui a doucement mijoté pendant 4 h! ;-)

auré a dit…

Comme Choupette! Les plats de saison, si réconfortants.... Hier c'était boeuf Bourguigon :-)

Saveurs Sucrées Salées a dit…

Noyer une pauv' pintade dans du Côte du Rhône ! Que la vie est cruelle....faut que j'arrête le vin chaud moi ;-)

Tiuscha a dit…

idem, la poule du roi Henri était au menu d'hier... Plus sobre elle !

Hélène a dit…

Mumm, ça devait sentir bon dans la cuisine.

Estebe a dit…

M.F.K. Fisher est mon idole. Si elle a préfacé la pintade, c'est que la pintade est divine.

Paprikas a dit…

Qu'est ce que j'aimerai me noyer dans ta marmite !!!!

Blog d'un jujutsuka et judoka traditionnel a dit…

Est ce du vin blanc ou rouge?

Merci

Patrick a dit…

Gracianne, achètes-tu ta pintade directement à un producteur que tu connais ?

Gracianne a dit…

C'etait du rouge, monsieur jujutsuka.

Patrick, non, c'etait une pintade fermiere, mais je ne connais pas le producteur. Il y a une ferme d'elevage, pas loin de chez moi, j'y ai deja achete des volailles pour les fetes, mais je n'avais pas ete seduite (par contre leur compote de lapin est tres bonne). Chez nous c'est plutot une region d'agriculture, c'est une campagne sans animaux, ou presque.

mayacook a dit…

En voilà une qu'on n'a pas envie de sauver de la noyade, surtout avec toutes les promesses de ses effluves!

Rosa's Yummy Yums a dit…

Je m'y noyerais bien avec elle ;-P! Un beau plat!

Bises,

Rosa

Mijo a dit…

Blop, bloup, blop.
ça mijote !!

Minouchka a dit…

je me jetterais dedans comme Paprikas ;-)

Patrick CdM a dit…

Quelle belle et digne mort!

Brigitte a dit…

je suis volontaire pour la sauver de la noyade ! mais reste-t-il encore des os à sauver ???
je m'imagine trempant le pain de campagne dans la sauce qui reste ....ça réchauffe
beau soleil, ciel bleu vent glacial et Melrose Café qui ouvre juste; la vie est trop belle

Colette MARTINIC a dit…

Oh la la une odeur j'en suis sûr traversait toute ta maison ...je m'en lèche les babines .BIZ

Pascale (ivS) a dit…

La chaleur du plat et de l'intention qui lui a donné naissance arrivent jusqu'ici! Et tu as même trouvé un rayon de soleil pour le photographier, chapeau l'artiste!

Delphine a dit…

m'en parle pas de ce repli vers l'intérieur....faut que j'aille au kung fu jusqu'à 22h et je suis déjà glacée jusqu'aux os, alors que tout ce que je demande, c'est un thé chaud et un bon bouquin....et une pintade noyée dans du Côte du Rhône et des lardons à piquer...

gabriella a dit…

Chez toi, on apprend toujours qq chose ;
je vais savoir " espeletter", c'est joli
ce verbe !!
Ici, j'ai de vrai pintade fermière et on
aime beaucoup ce volatile

Camille a dit…

de la sarriette, fraîche forcément, du thym qui pousse dans un vrai pot (et pas dans un bocal en verre), du laurier sur arbre. Quelle chance!
J'adore ces petits plats où l'on noie la volaille. Trop cruel, trop bon. C'est une recette que l'on peut faire un verre dudit vin à la main. Chic.
Je penserai à piment d'espeletter les prochains volatiles soumis au même régime.

marion a dit…

cette photo au soleil met du baume au coeur, le côtes du rhône doit aider ;)

Mamina a dit…

Vu la température du jour, je me transformerais bien en pintade, surtout pour être ivre de vin, ce qui pourrait me faire oublier que Soissons, comme Capri, c'est fini.. enfin pour cette année.

Tit' a dit…

Pov' bête ! Se noyer dans son verre de vin ! Et personne pour la repêcher ?! Bah, y'fout quoi l'ami Pat' ?! Ah ça, pour nous parler de la dernière grande marée qu'il a faite à pince, il est le prem's, mais pour indiquer comment sauver une pintade de la noyade assurée, y'a plus personne !...
Qui a dit que j'étais hors sujet ?
;)

Elvira a dit…

Miam! On dirait presque une "alcatra"! Je cuisine pas mal au vin rouge, en hiver.

Ça donne vraiment envie de s'incruster chez toi pour le dîner... ;-)

Beijinhos.

bolliskitchen a dit…

moi, j'adore la pintade, et même si je préferre le vin blanc d'habitude, je pense que le rouge est meilleur avec la pintade!

7tourvercors a dit…

Le titre pourrait presque faire peur !
Tout cela semble délicieux... Cela donne envie de passer à table chez vous le dimanche !

Patrick a dit…

Ma question espérait une réponse positive, car tu aurais pu demander à l'éleveur, comme nous le faisons ici, d'étoffer la pintade (à l'Armagnac par exemple) au lieu de l'égorger. Gustativement, c'est incomparable.

Gracianne a dit…

Les moeurs douces des gens du Sud-Ouest sont légendaires. Au moins comme ça, elle meurt dans l’ivresse. Il faudrait essayer avec la bière du Vexin tiens.

Patricia a dit…

Mmmm... j'ai l'impression d'en sentir les effluves jusqu'à chez moi !

Botacook a dit…

Quel joli texte qui met en mots ce que je ressens également. Et quelle appétissante recette réconfortante! Miam!

anne a dit…

Moi aussi c'est le genre de plat que j'adore en cette saison. J'ai rudement faim tout à coup!

mimosa a dit…

Te lire me donne envie de cocooner dans ma cuisine avec des marmites pleines et un bon bouquin en attendant la dégustation :)

Anso a dit…

Tu racontes tellement bien le froid qu'on a envie de s'asseoir à ta table !! Belle recette (mais quand même !! pauvres chatons !!)(du coup j'hésite à te mettre un smiley qui cligne de l'oeil !! Sacré Estèbe !!)

maloud a dit…

Tous les SW ont des moeurs doux. Les volailles se réjouissent toujours avant la noyade. Chez-nous c'est à l'eau de vie ancienne.

zab a dit…

Une pintade qui prend son bain dans une décoction d'herbes ... Elle ne peut qu'aller bien et nous aussi.

Canotte a dit…

Une belle recette pour un bel animal, bien savoureux, dommage que l'on y pense pas plus souvent, merci de nous faire cette pîqure de rappel...!

Provence a dit…

Quel bonheur ce plat!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...