vendredi 27 mai 2016

Porchetta maison


Dans mon souvenir, il faisait toujours beau le dimanche matin, à Rome. Pour peu que nous nous soyons réveillés tard, sans plus d’espoir donc de trouver une boulangerie ouverte, nous allions, tenaillés par la faim, faire un tour au marché de Porta Portese. Il fallait se frayer un chemin dans la foule, au travers des stands de fringues, de copies de cassettes (oui, des cassettes…) de chansons populaires, d’antiquités, de bibelots divers et de bonimenteurs de tous poils. Mais le graal était là, le camion de sandwichs avec son gros rôti de porchetta toute dorée, ce cochon de lait parfumé d’aromates et longuement rôti à la broche qu’on sert en tranches fines dans du pain croustillant. La viande était moelleuse, parfumée et poivrée, entourée d’un délice de couenne craquante. 

J’en ai gardé une grande nostalgie – chacun ses madeleines.

Elle ne sera jamais meilleure que le dimanche matin à Porta Portese, la porchetta, c’est sûr, mais elle n’était quand même pas mal du tout cette version maison, parfumée aux herbes du jardin et au poivre précieux  rapporté du Cambodge par ma pourvoyeuse préférée.


Traditionnellement, la porchetta se prépare avec du cochon de lait. A défaut, j’ai pris de la poitrine fraiche désossée, pas trop grasse, le résultat est très similaire. Vous allez voir, c’est d’une simplicité enfantine.

Porchetta du Vexin
  • 1 beau carré de poitrine fraiche avec sa couenne
  • 2 belles gousses d’ail
  • Romarin frais
  • Thym frais
  • Sauge fraiche
  • 2 feuilles de laurier fraiches
  • Poivre
  • Sel
  • Ficelle à rôti

Oter délicatement, dans la déchirer, avec un long couteau, la couenne du morceau de porc. Réserver. Frotter la viande, sur chaque face d’une bonne quantité de sel et de poivre (je n’ai pas mesuré, il faut que ce soit bien assaisonné). Ciseler ensemble l’ail et les herbes et étaler ce hachis sur les deux côtés de la viande. Poser dans un plat, couvrir d’un film plastique et laisser reposer au frais, pendant environ deux heures.

Préchauffer le four à 180°C.

Rouler la viande sur elle-même en serrant bien. Positionner le morceau de couenne autour du rôti, peau au-dessus. Ficeler en serrant bien.

Enfourner pour environ trois heures en arrosant et en retournant le viande fréquemment, jusqu’à ce que toute la surface soit bien dorée et craquante.

Couvrir la viande si elle dore trop (je n’en ai pas eu besoin, mais mon four est très doux).
Sortir du four et laisser refroidir à température ambiante. 

Le morceau une fois refroidi se conserve plusieurs jours au frais. A déguster en tranches fines idéalement dans un sandwich.

14 comments:

mijo a dit…

Oh la la la la la la...

Rosa's Yummy Yums a dit…

Je n'ai jamais eu l'occasion de manger de porchetta. Une merveilleuse manière de préparer le carré de poitrine.

Bises et bon week-end,

Rosa

Hélène (Cannes) a dit…

Terrible !!! Pour moi, Rome et le Vexin, c'est à peu près la même distance ... c'est-à-dire loin ... Va falloir que j'essaye, tu m'as vraiment fait envie ! :-) Bisous et bon week-end, Gracianne.
Hélène

Babeth De Lille a dit…

C'est une merveille ça !

Tiuscha - Saveur Passion a dit…

Excellent, Gracianne ! Je garde sous le coude aussi, vraiment tentant

Helene Picken a dit…

Comme c'est gourmand. Je t'avoue ne pas connaitre. Steve adorerait glisser ces rondelles de porc dans ses sandwiches. Merci pour la recette. Des bises et bon courage

marie-pierre bouchard a dit…

j'en ferai bien ma madeleine personnellement; j'ai adoré la porchetta romaine. je crois que je me serai nourrie de glaces et porchetta si j'avais pu. merci pour le partage de cette recette; nostalgie

Hélène (Cannes) a dit…

La mienne est en route, avec tous tes bons conseils ... Je t'enverrai une photo demain ... Bisous et bon week-end, j'espère sans les pieds dans l'eau !

Gracianne a dit…

J'ai hâte de voir ça Hélène. Et merci, tout va bien ici, on est au sec pour le moment. Bises.

Madeleine a dit…

Ouh là là, ça a l'air terrible ! et une super alternative au sempiternel jambon. Avec 5 colocataires, on manque parfois d'imagination...
Je garde la recette sous le coude, pour un prochain weekend !
Merci Gracianne !

Marielle a dit…

Oh lalalala, comme Mijo !!
Que ce soit en lisant tes souvenirs de Rome ou en lisant la recette on ne peut qu'avoir une grande envie de goûter cette porchetta croustillante.
Je note la recette
bises Gracianne

Hélène (Cannes) a dit…

Je t'envoie la photo, Gracianne ... Extraordinaire ...
Bisous et bonne journée

Gracianne a dit…

Hélène, je suis franchement ravie de ce joli résultat (les photos sont éloquentes). D’autant plus que j’avais peur que la recette ne t’ai pas plu, comme tu ne m’en donnais pas de nouvelles.

Bon, oui, Oh la la la la la la... Mijo a tout dit. Marie-Pierre, visiblement nous partageons le même genre de madeleines – grassouillette certes, mais on ne résiste pas à ce genre de souvenirs.

Madeleine – bien meilleur que du jambon, en tout cas nettement plus parfumé.

Valérie Lemoine a dit…

Bonjour Gracianne,

Cela fait un bail que je ne suis pas venue lire tes posts et j'ai remédié à cela ce matin.
J'en profite pour t'emprunter ta recette pour un prochain pique-nique nocturne lors du marché du jeudi soir au Château de Pau.
Vu mon niveau culinaire, j'espère te faire honneur.

Merci en tout cas.Tu continues de nous régaler.
A tout bientôt
Valérie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...