vendredi 4 février 2011

Plus bas, au sud

pizzette

Hier soir, j’ai vu le coucher du soleil. Enfin les longues nuits s’effritent, doucement. Il y a comme un frémissement dans l’air, quelques bourgeons, les premières primevères. Des chants d’oiseaux aussi.

Installés dans nos égoïsmes douillets, les yeux dans les nuages, on rêve vaguement de pays chauds, de soleil, de saveurs du sud.

Plus bas, au sud, nos pays des mille et une nuits s’embrasent, les uns après les autres. Au pays des croisières sur le Nil, les gens survivent avec 2$ par jour. Ce vendredi, ils sont prêts à tout sacrifier pour avoir le droit de nourrir leur famille correctement, le droit de penser, de respirer librement. Le droit de rêver aussi. Respect.

J’aurais pu faire un plat tunisien, égyptien, yéménite, syrien, jordanien, algérien ou marocain. Mais c’est vendredi, donc une pizza, une pizza du sud. Du poivron, du romarin, et des tranches de magret déposées dessus à la sortie du four pour ne pas les cuire trop. Juste pour que le gras devienne transparent, voyez ? (on ne se refait pas)

pizzette poivron magret

Pizzette aux poivrons grillés et magret séché
(pour 10 pizzette)

Pâte
  • 13 cl d'eau
  • 1 cc de sel
  • 2 cs d'huile d'olive
  • 225 g de farine T55
  • 1 sachet de levure de boulanger (5g)

Garniture
  • Sauce tomate
  • 2 poivrons rouges
  • 2 boules de mozzarella
  • Tranches de magret séché
  • Romarin frais

En machine à pain programme pâte - 1h10.
Ou bien à la main, en pétrissant longuement (environ 15 minutes), puis en laissant reposer sous un torchon, au tiède, pendant 1 heure.
Pendant ce temps, faire griller les poivrons a four chaud jusqu’à ce qu’ils noircissent. Les retirer du four puis les emballer dans du papier journal. Une fois refroidis, peler et épépiner les poivrons. Couper en lamelles larges et éponger toute humidité â l’aide d’un papier absorbant.
Une fois la pâte levée, la verser sur un plan de travail légèrement fariné. La couper en 10 parts égales et bouler chaque portion. Laisser reposer 10 minutes.
Préchauffer le four à 230°C.
Former 10 mini pizzas assez fines. Les garnir d’une fine couche de sauce tomate, de mozzarella, romarin et lamelles de poivrons. Enfourner pour 10-15 minutes. A la sortie du four, garnir de fines tranches de magret séché.

Imprimer la recette.

22 comments:

Colette de MARSEILLE a dit…

Je la prends volontiers cette petite pizza ..

Rosa's Yummy Yums a dit…

Oui, les jours s'allongent et la nature se est déjà bien réveillée depuis quelques semaines...

To pizette doit être succulente! Poivrons et magrets, deux de mes ingrédients favorits.

Bises et bon vendredi,

Rosa

esom a dit…

j'en ferais bien mon diner! bonne idée le magret sur une pizza je n'ai jamais essayé

A.P. a dit…

si j'étais croyante je dirais : inch'allah ils finissent par gagner leur liberté, et vite. Mais je ne le suis pas, alors j'espère que les choses se feront - bien sûr - mais je sais que le prix à payer est et sera cher. Malheureusement.

7lecivismeparlapizza a dit…

Je suis complètement pour cette version militante de la pizza.
(C'est quand même mieux que la "pizza des supporters" d'en bas !)
(Tu sais que lorsque j'ai abordé la question en TD cette semaine, bon nombre d'étudiants étaient plutôt indifférent à la question et - en suis ressortie choquée - ignoraient quasi tout de la guerre d'Algérie - quoi, les généraux voulaient décoloniser !? - et je ne te dis rien des manifestations de Tian'anmen tellement 1989 c'est "maisonétaitpasnémdame" ). Vais te les gaver de pizza moi !

Linou a dit…

les jonquilles fleurissent, ça fait du bien en effet. Bon week-end.

Linou a dit…

les jonquilles fleurissent, ça fait du bien en effet. Bon week-end.

Choupette a dit…

je vois que nous avons toutes en ce moment des envies de Sud et de soleil! ;-)

Ariane a dit…

Parce qu'elle est petite elle doit être encore meilleure ;-)) et vive la pizza du vendredi ! :miam

bergeou a dit…

Espérons que cette liberté acquise dans la lutte ne leur sera pas confisqué par d'autres encore plus assoiffés de pouvoir et aveuglés par le fanatisme. En tout cas tes pizzettes me plaisent bien, il va falloir que je refasse sécher du magret.

Boljo a dit…

Une pizette gourmande et un bien joli texte pour des pays où même sous le soleil il ne fait pas toujours bon vivre. Je me joins à toi pour ces pensées de liberté.

Camille a dit…

voir revenir le printemps est un moment privilégié - pas eu l'occasion de voir ça au pays de l'été constant
tu m'enverras des photos des bourgeons ?

Cuisine Framboise a dit…

Il y avait de jolis crocus d'un violet lumineux et intense lors de mon dernier passage à Paris. C'était un vendredi, Ben Ali venait de s'enfuir.

gabriella a dit…

J'ajouterai aussi un plat iranien
car la-bas aussi la repression
forcenée s'emballe.
Bien jolie cette pizzette du sud.

Hélène a dit…

Mon dieu ce gras de canard fondant sur cette pizza est insoutenable. Pour le reste, je rejoins Bergeou...
Bonne fin de week-end

Camille a dit…

(sisi, en fait, j'ai vu un bourgeon hier :)

Paprikas a dit…

Personnellement, cette pizzette je lui ferais sa fête en une seule bouchée !!!

Mijo a dit…

Jolie cette pizza pour ceux du Sud qui se battent pour devenir libre.

Lefrancbuveur a dit…

De la photo on voix bien la qualité de la viande de magret :)

jpb a dit…

elle est drôle cette photo on dirait un œil de lézard
rouge

bollikitchen a dit…

j'ai faim!!!!!!!!

Super bonne idée avec le magret de canard seché!

Easy kitchen a dit…

les derniers frémissements de l'hiver réjouissent les coeurs qui attendent un renouveau. Que ce soit à chaque niveau, la mésange qui attend que les insectes sortent à nouveau, le chat qui commence ses longues veilles devant les trous de campagnol, et surtout nous, humains qui souhaitons que demain sera meilleur.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...