mardi 13 janvier 2009

Page 24, Ligne 5

Pour Tiuscha, qui voulait savoir ce qu’on lit à la ligne 5 (et les 5 suivantes), page 24, du bouquin que je suis en train de lire – et non, je ne trouve pas ça idiot, j’aime bien moi aussi lire par-dessus l’épaule des autres…

« No ! » said the Chaplain.
“I am afraid so, and I have the proof here.”
A ripple of excited apprehension ran round the Retiring Room as, under lord Asriel’s direction, two or three of the younger Scholars carried the wooden box to the front of the room.

Philip Pullmann - His dark materials – Book 1 – The Golden Compass

Et comme je suis arrivée ce matin aux dernières lignes de celui-ci, j’ouvre pour vous celui que je vais commencer tout à l’heure, page 24, ligne 5…

When the affair was over – and it was usually over quickly – Ted Cole would give the accumulated drawings to the young mother of the moment. And Ruth used to ask herself: If the young mothers were, generally, so unhappily married – or just plain unhappy – did the gift of art make them, at least momentarily, happier?
John Irving – A Widow for one year.

A mon tour, j’aimerais bien lire par dessus l’épaule de Camille, Delphine et Mijo. Vous voulez bien?

36 comments:

Mijo a dit…

Je l'ai lu le premier mais en français et sur les conseils de mon fils aîné.

Je n'aime pas qu'on lise par-dessus mon épaule mais comme c'est toi, je te laisserai t'approcher.

Pascale (ivS) a dit…

Tu me donnes envie de tenter le Irving en anglais. Irai-je jusqu'au bout cette fois?

Mamina a dit…

Pff!!! c'est pas demain que je lis en anglais dans le texte...

Marie-France a dit…

Ho la la, le rêve inaccessible pour l'instant, lire l'anglais dans le texte ! John Irving c'est un auteur que j'ai très envie de lire depuis un moment, il va falloir que je me le procure.
Je vais m'y mettre moi aussi puisque Tiuscha me l'a demandé, et je trouve l'idée amusante.

Hélène a dit…

Le premier, je me suis contentée de visionner le film. Le John Irving me tente bien. Tu n'as pas trop de problème sur ta ligne aujourd'hui ?
Bises

Gracianne a dit…

Si tu veux Hélène, je te prêterai le bouquin. Des problèmes de train, j’en ai oui, depuis début décembre. Ce matin, on a réussi à venir, maintenant, toutes les lignes sont bloquées, je me demande bien comment je vais rentrer ce soir.

Bah, lire en anglais, ce n’est pas si difficile que ça en a l’air, c’est juste une question d’habitude, de rythme, essayez :)

Rosa's Yummy Yums a dit…

Très sympas ces lignes... Bon pour son anglais.

Bises,

Rosa

Tiuscha a dit…

Je suis impressionnée ! 2 bouquins, et les deux en anglais ! Il n'y a guère que le second, dont (je suis assez fan) que j'ai lu en VO...

Gracianne a dit…

Faut pas être impressionnée Tiuscha, moi je serais bien incapable de me concentrer sur la lecture de celui que tu nous as proposé. Des bouquins, j’en lis souvent plusieurs en même temps. Un dans mon sac pour le train, un sur la table de chevet pour le soir, un dans le bureau en réserve, on ne sait jamais, des fois que j’oublie mon bouquin de train.
Ca m’arrive de lire en français aussi, faut pas croire. Mais la librairie la plus proche du boulot est WH Smith, je vais au plus facile.

Brigitte a dit…

J'ai du mal à lire 2 livres maintenant, signe de vieillissement cérébral ??
Je vais y passer tiens chez WH Smith

Mamzelle Gwen a dit…

Waip, moi aussi, je suis admirative. Lire des tonnes de docs techniques en anglais, çà me va, un roman c'est une autre histoire...

maloud a dit…

En anglais c'est trop pour moi. Je lis en français et en espagnol et basta!

Gracianne a dit…

Ah ben voilà, il n’y a pas que moi :)

Cuisine Framboise a dit…

Ce serait un beau challenge mais je crains de toujours faire des contre sens..(Quoiqu'en français aussi parfois je comprends rien!) J'ai pensé à toi en écoutant France Inter... Prends du chocolat et un duvet...

menus propos a dit…

Un jeu bien sympathique (qui avait déjà tourné il y a 3 ans). Comme les autres, j'admire que tu puisses lire en Anglais (je suis baba).

Anonyme a dit…

Page 24, ligne 5 de "Poesía" Antonio Machado, El Libro de Bolsillo, Alianza Editorial, Madrid

de tu amor, como espino solitario
del valle humilde a la revuelta umbrosa.
El salmo verdadero
de tenue voz hoy torna
lento ami corazón y da a mis labios

Permettez que j´ajoute une autre ligne..

la palabra quebrada y temblorosa

Hélène (Cannes) a dit…

Un très joli livre, a Widow for One Year ... Je l'ai lu il y a plusieurs années mais je me replongerais bien dedans ...
Bisous
Hélène

Gracianne a dit…

Mis viejos mares duermen; se apagaron
sus espumas sonoras
sobre la playa estéril. La borrasca
camina lejos en la nube torva.
Vuelve la paz al cielo;
la brisa tutelar esparce aromas
otra vez sobre el campo, y aparece
en la bendita soledad tu sombra.

Merci Sopadeajo, de me plonger dans cette belle langue poetique. Le sens, je le devine, a peine, mais peu importe, je chercherai.

Minouchka a dit…

Quand je viens ici j'aime aussi déguster tes plats par-dessus tes épaule...

Anso a dit…

C'est très polyglotte ici !! Heureusement que la librairie près de ton boulot n'est pas allemande, je n'aurais rien compris !!

La cuisine des 3 soeurs a dit…

Lire en anglais, le rêve. J'ai essayé, mais j'ai du mal à me laisser porter par le texte. Il faut toujours que je regarde dans le dico. J'ai moins de mal dans la langue de Goethe.

irisa a dit…

Bon , je me suis précipitée dans le jeu u peu vite , je pensais qu'il fallait prendre un livre de ou sur la cuisine ! j'avais choisi " mangez moi " d'Agnès Desarthe , mais ce n'est pas ce que je lis en ce moment ( une traduction d'un auteur de langue anglaise , parce que je ne suis pas bilingue!)

Doria a dit…

J'aimerai lire en anglais ,j'adore le livres mais en français exclusivement .Bises Doria

Aurélie a dit…

Bonsoir,
Ahh, bonnes lectures.

Camille a dit…

bien sûr, donc, je te réponds, tout à l'heure si j'ai le courage (déjà dit) (et je ferai une double réponse, peut-être, les livres vivent toujours en couple, chez moi)
Tu ne dis pas si tu as aimé The Golden Compass, dans l'histoire.

zab a dit…

Voilà de quoi savourer sur le canapé toute cette fin de semaine. J'aimr Irving. Cela tombe bien car le temps n'est pas très propice à la sortie en plein air (-34).

Tiens je vais aller voir ce qu'il y a dans mon livre p24 ligne 5.

Après quoi, il n'y avait plus que cette longue route de pierrailles et d'oliviers qui disparaissait dans les collines.
Un groupe d'homme avait surgit de nulle part et lui bloquait le chemin. Ils étaient armées de bêches et de pioches. Le visage dur. Serrés les uns contre les autres. Luciano Mascalzone fit stopper son âne. Il y eut un long silence. Personne ne bougeait. "C'est donc là que je vais mourir. Devant la dernière maison de Montepuccio. Lequel de ceux-là se jettera le premier sur moi?".

Laurent Gaudé. Le soleil des Scorta.

gabriella a dit…

J'ai beaucoup aimé le Soleil des Corta
lu pas Zab.
A mon tour, voilà ce que je trouve ligne
5 page 24
" L'analyse des cendres fit apparaître un
certain nombre de nutriments parmi lesquels trois éléments majeurs : le nitrate, le phosphore, le potassium (la
fameuse formule NPK) auxquels s'ajoute le
calcium".
Je sais, ça ne va pas vous faire rigoler, mais c'est extrait de "Manifes
te pour la terre et l'humanisme"
chapître "l'absurde logique de l'agriculture moderne, ses ravages ses
aberrations de Pierre Rabhi.
Vous ne rigolez plus ???

ranjiva a dit…

c'est l'un des livres de John Irving avec le monde selon Garp que j'ai lu il y a quelques années mais en français évidemment. je suis admirative que tu puisses lire 3 livres en même temps, moi j'ai du mal à lâcher quand je commence 1. Bonne soirée

Anonyme a dit…

Toute traduction est vaine. On n´arrive jamais, en poésie a transcrire ce que l´auteur a dit, ni ce qu´il n´a pas dit non plus. Conscient de cette limitation en voici une dans la langue de Kouchner l´affairiste, faite en hâte, sur le tas.
---------------------------------
de ton amour comme épine solitaire
de l´humble vallée a la révolte ombrée.
Le saulme véritable
de voix ténue revient maintenant
lentement à mon coeur et donne à mes lèvres
la parole cassée et tremblante.
-----------------------------------

Il se peut qu´il y ait des inexactitrudes, car je suis trop fainéant pour consulter le dictionnaire, et cela ne rime pas, bien sûr, et c´est plus long que l´original évidemment.
Que ceux et celles qui traduisent mieux que moi, le fassent ou se taisent.

Véro C.Metisse a dit…

Dernièrement mes filles ont regardé le Harry Potter 5, "L'ordre du Phénix", du coup je me relis (pour la 4ème fois) "Harry and the Half-blood Prince", et c'est toujours aussi génial !!!
:-)
C'est grave docteur ??

Véro C.Métisse a dit…

PS: Je me suis acheté "A widow..." depuis un moment, j'adore John Irving, que j'ai découvert pendant mes études of American Literature. Mais celui-là, je ne sais pas, je n'arrive pas à m'y mettre... Ca viendra bien !

lena sous le figuier a dit…

L'anonyme a du talent.
J'aime beaucoup "la veuve de papier" -l'horreur des traductions de titres- que je relis de temps à autre, mais je parierais bien que certaines histoires dans l'histoire vont t'agacer...
Regarder dans tes casseroles par dessus ton épaule...Mmmmmh

Gracianne a dit…

Lena, Sopadeajo n’est pas n’importe quel anonyme je crois.
Tu m’intrigues avec les histoires dans l’histoire – pour l’instant j’aime beaucoup ce livre d’Irving, comme j ’ai aimé pratiquement tous les autres d’ailleurs. Je rigole doucement en lisant, dans le train. C’est bon signe.

Zab, merci pour la participation ensoleillée. J’ai beaucoup aimé aussi Le soleil des Scorta, qui m’a laissé une impression de violence brute dans une lumière aveuglante. –34, tu dis ? Bigre !

Véro, non seulement c’est grave, mais c’est incurable. Figure toi que je viens aussi de me relire les 4 premiers de la série. Et c’est toujours aussi bien.

Sopadeajo, je suis complètement d’accord avec vous, la poésie est ce qu’il y a de plus difficile, sinon impossible, à traduire. Alors merci d’avoir essayé de faciliter notre compréhension – le résultat est assez joli d’ailleurs.

Gabriella, toujours à fond dans l’écologie je vois. Mais tu fais bien de nous ramener à la réalité.

Camille, oui j’ai bien aimé The Golden Compass, d’ailleurs je viens juste de me commander les deux suivants (plus un Murakami, histoire de ne pas lire que des livres pour adolescents, quoique…). J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, je n’aime pas trop le style de l’auteur, mais les personnages et leur histoire complexe m’ont accrochée. Je te dirai, quand j’aurai terminé la saga.

Anne-laure a dit…

C'est Estèbe qui m'envoit ici. Zut, j'ai oublié mon dico

Jane a dit…

J'ai lu "Widow" il y un an et demi et je viens de finir "Until I find you" bien plus tordu dans un sens. Il est doué cet homme, c'est tout! Tu vas adorer.

Gracianne a dit…

Anne-Laure, désolée pour l'absence de dictionnaire, la prochaine fois, promis, je ferai un effort de traduction.

Jane, j'ai adoré Until I find you, une des meilleurs d'Irving jusque là, à mon avis. Il est doué, oui.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...