mardi 26 mai 2015

Ces petits moments – à l’heure de l’apéro – saucisson brioché


Le train du soir, en mode apéro d’anniversaire. Pas le même, plus confidentiel (il en manquait quelques-uns hélas, qui avaient raté le train), mais tout aussi joyeux.

Ne pas se laisser bouffer complètement par le boulot, essayer de trouver quelques instants de pause, c’est le but du moment (plus ou moins atteint, hum, disons plutôt moins).

Evoqué maintes et maintes fois comme un plat de pique-nique ferroviaire idéal, embelli des souvenirs croustillants, fondants et parfumés des uns et des autres, j’ai fini par le faire ce saucisson brioché mythique.


Il était, disons, un peu trop gonflé, façon coussin plutôt que polochon (la prochaine fois je le ferai dans un moule je pense), mais dans l’ensemble tout à fait honorable. Je crois. Dévoré en nettement moins de temps qu’il ne faut pour le faire. Et accompagné d’un Zinfandel californien Dancing Bull 2011 parfaitement capiteux qui lui allait comme un gant. Un petit goût de revenez-y.

(merci à Catherine, Séverine et Stéphanie pour les photos)


Saucisson brioché

1 beau saucisson pistaché à cuire

Pâte à brioche
  • 350g de farine T45
  • 4 œufs bien froids
  • 1 cc de sel (1 cc)
  • 1 cs de sucre de sucre
  • 21g de levure de boulanger fraiche
  • 220g de beurre à température ambiante, coupé en morceaux
  • 1 œuf pour la dorure

Mettre 350 g de farine T 45 dans la cuve du robot (ou sur le plan de travail), faire un puits et déposer 4 œufs bien froids. Ajouter autour, en formant un triangle, 8 g de sel, 45 g de sucre en poudre et 21 g de levure de boulanger fraîche (les trois ingrédients doivent être bien séparés). Pétrir pendant 10 à 15 minutes.

Incorporer 220 g de beurre coupé en morceaux (par petites quantités), pétrir pendant une dizaine de minutes - la pâte doit se décoller du bol ou ne plus coller aux mains (quand je la fais, la pâte reste très collante, il faut vraiment que je trouve de la bonne T45. Mais ce n’est pas très grave : après réfrigération, la pâte est plus dure et relativement facile à travailler. Ne rajoutez pas de farine, j’ai essayé, elle est moins bonne).

Laisser la pâte reposer pendant 30 minutes. La déposer sur le plan de travail fariné et faire deux rabats pour la rendre un peu plus ferme et y incorporer de l’air avant de la bouler. Faire une boule, la mettre dans un saladier légèrement fariné, couvrir de film alimentaire au contact et mettre au frigo pendant au moins 3 heures (je l’ai laissée 12 heures cette fois-ci, elle était parfaite).
Cuire le saucisson dans de l’eau bouillante frémissante pendant 30 minutes. Laisser légèrement tiédir puis ôter la peau.  Laisser refroidir.

Sortir la pâte du réfrigérateur 15 minutes à l’avance pour la ramollir un peu.

Sur le plan de travail fariné, étaler la pâte au rouleau en un grand rectangle (si elle est trop collante, on peut l’étaler entre deux feuilles de papier sulfurisé farinées). Poser le saucisson au milieu. Découper la pâte en un grand rectangle autour du saucisson (vous aurez des chutes que vous pourrez utiliser pour la décoration et quelques petites brioches individuelles). Replier la pâte sur le saucisson à chaque extrémité, puis refermer la pâte de chaque côté. Bien fermer la « couture » en pinçant avec les doigts.

Poser la brioche sur une plaque couverte de papier sulfurisé, « couture » au-dessous. Décorer éventuellement avec les chutes de pâte. Laisser lever sous un linge pendant 1 heure environ.

Préchauffer le four à 180°C.

Dorer la brioche à l’œuf battu, au pinceau. Enfourner pour environ 25-30 minutes, jusqu’à ce que la brioche soit bien dorée.

Débarrasser sur une grille et laisser tiédir.


15 comments:

Helene Picken a dit…

Il est superbe ce pain brioché. Il ne doit pas rester grand chose.
Courage pour le boulot.
Je t'embrasse.

Rosa's Yummy Yums a dit…

Superbe et extrêmement alléchant! J'adore ça.

Bises,

Rosa

Rosa's Yummy Yums a dit…

Oui, courage pour le boulot!

Marie-France a dit…

Je n'avais pas suivi tes petits moments de train depuis longtemps, c'est bien de pouvoir les préserver malgré les soucis du boulot.
Le saucisson en brioche, c'est un classique que j'ai envie de faire moi aussi depuis très très longtemps. Et je n'ai pas encore franchi le pas. Mais j'adore, surtout quand c'est du fait maison comme le tiens.
Bon courage,

Babzy a dit…

Décidément on ne s'ennuie jamais dans ce train ! :)

Choupette a dit…

Un classique indémodable. Il est superbe celui que tu as fait. le plus dur ici est de trouver un saucisson pistaché, je crois bien ne jamais en avoir vu.

lilizen a dit…

Bonjour Gracie !
c'est une merveille ce saucisson brioché, vous avez mille fois raisons de vous faire du bien...vous faites envie et vous donnez l'exemple d'être heureux ! A me faire regretter mes anciens trajets RER ! bises affectueuses.

Enitram a dit…

Oh, oh, ton blog se réveille avec de très bonnes choses !!!
A voir ce saucisson brioché, il me viendrait l'envie de vous accompagner dans le train du matin !!!
Bonne soirée ! Bises

Marielle a dit…

Coussin ou pas, il est magnifique et bien tentant.
Oui un peu moins de boulot et plus de plaisir ;o)
bises

Christine a dit…

Mieux vaut bouffer (du sauc') que se laisser bouffer, c'est sûr. Hé Gracianne, ne bosse pas trop quand même, dis. Haut les saucissons, en tous cas!

Carole a dit…

J'ai 2 saucissons à cuire au congélateur ! Je sais comment ils vont finir ! Toujours garder une certaine distance vis à vis du travail, on évite certaines déceptions et on ne se laisse pas déborder ! (même si on fait son travail avec plaisir et bonheur). Bonne soirée, Carole

Camille a dit…

ça me donne faim :)
heureusement qu'il y a toujours le saucisson brioché (et la campagne au bout du train)

Bacchis a dit…

Bonjour, où trouvez-vous du saucisson cru ?
Bacchis

Gracianne a dit…

Prendre de la distance avec le boulot…hummm, j’y penserai ;)
En attendant, encore un super petit dej dans le train ce matin, croissants, brioche et marmelade d’orange, muffins, jambon et cheddar, jus d’orange et café chaud. Pour fêter l’arrivée d’un petit Archibald. Merci Amandine ! Quelquefois, ça vaut le coup de se lever tôt.

Bacchis, le saucisson à cuire pistaché (celui que les lyonnais appellent cervelas), je le trouve chez mon boucher dans la région parisienne mais sous vide et importé directement de la région lyonnaise. C’est vrai que c’est plutôt une gourmandise locale, on n’en trouve pas partout, et surtout pas du bon. Il m’arrive d’en voir au rayon charcuterie à la coupe des supermarchés, mais en général il est déjà cuit (ça peut convenir évidemment, mais je pense que c’est meilleur avec un saucisson à cuire tout frais).

Hélène (Cannes) a dit…

J'aime quand il y a plein de pâte autour du saucisson, moi ... et puis c'est vrai qu'il est beau, ton saucisson. j'ai un charcutier qui en fait un bon, moi, mais il est absolument hors de prix ... Alors je ne l'ai jamais essayé en brioche ... Juste avec des pommes à l'huile, pour être sûre de ne pas le saccager. Allez, je vais retourner lui en prendre un et je suivrai ta recette ... Je te dirai ! ;o)
Bisous
Hélène

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...