jeudi 22 janvier 2015

Boeuf sauté aux oignons de printemps

Il ne fallait pas écrire trop vite, vivre l’émotion première et la laisser passer. Laisser l’analyse aux innombrables spécialistes. Tout a été dit, et son contraire, jusqu’à la confusion.

Passé l’effroi, les larmes, reste une immense tristesse. Des débats infinis, à tous les niveaux de la société. Des discussions enflammées dans la sphère privée, une envie de transmettre à nos jeunes autre chose que la peur de l’autre, de leur faire comprendre l’émotion au-delà de concepts pour eux très abstraits (que nous pensions pourtant acquis). 

Au centre de Paris partout les uniformes, les gilets pare-balles, les armes en évidence, le ballet continuel des sirènes, stressant.

Que va-t-il sortir de tout ce chaos ?

A la campagne rien ne bouge, tout semble figé de froid. Il faut un bol fumant pour réchauffer le corps et l’âme.  


C’est une recette comme je les aime, simple, réconfortante. La viande est juteuse, moelleuse, attendrie par la marinade. La combinaison de parfums robustes – ail, oignons verts, sésame grillé – et du goût particulier de la cuisine au wok transporte instantanément quelque part au nord de la Chine, ou en Corée. On pourrait rajouter du gingembre, cette recette n’en contenait pas mais j’essaierai une prochaine fois. Celle-ci est tirée d’un livre que j’aime beaucoup, Chine, Saveurs du bout du monde, aux éditions Lafon. J’ai juste modifié un peu les proportions et rajouté trois pincées de bicarbonate. Dans le même esprit j’avais préparé l’autre jour le bœuf sauté aux oignons et au poivre de Margot Zhang, très bon aussi.

Bœuf sauté aux oignons de printemps
(pour 2-3 personnes ou plus si servi avec un autre plat)
  • 300g de bœuf (ici hampe)
  • 2 gousses d’ail hachées fin
  • 2 cs de sauce soja claire
  • 1 cs de vin de Shaoxing
  • 1 cc de sucre
  • 1 cs de maïzena (petite)
  • 3 pincées de bicarbonate
  • 3 cs d’huile
  • 5 oignons verts (la partie verte uniquement)
Sauce
  • 3 cs de sauce de soja claire
  • 1 cs de vin de Shaoxing
  • 1cc de sucre
  • ½ cc d’huile de sésame grillé
  • 5 tours de moulin à poivre (noir)

Mettre la viande à raffermir au congélateur pendant une bonne heure. La découper en fines lamelles dans le sens contraire des fibres. 
Dans un petit saladier, mélanger les lamelles de viande avec la sauce de soja, le vin de Shaoxing, l’ail, le sucre, la maïzena et le bicarbonate. Couvrir et laisser mariner deux bonnes heures au réfrigérateur. Environ ½ heure avant l’utilisation, sortir la viande du réfrigérateur et ajouter un filet d’huile. Bien mélanger.

Laver et sécher la partie verte des oignons. La couper en lamelles (j’ai conservé toute la longueur, mais ça peut être un peu difficile à manger, donc on peut les recouper en deux).

Mélanger les éléments de la sauce.

Faire cuire le riz pour accompagner.

Faire chauffer le wok à feu vif, et à vide, environ 1 minute, jusqu’à ce qu’il commence à fumer (mes instructions valent pour un wok classique, en fer, je ne sais pas du tout comment les woks électriques ou anti-adhérents fonctionnent). Ajouter les 3 cs d’huile. Bien répartir.
Saisir la viande en deux fois (c'est important, si elle est cuite en trop grande quantité, elle ne grille pas et se met à bouillir), pendant environ 1 minute, jusqu’à ce qu’elle change juste de couleur. Réserver en gardant l’huile au fond du wok.
Remettre le wok à chauffer. Saisir rapidement les oignons verts (environ 1 minute). Ajouter la viande réservée. Mélanger rapidement. Ajouter la sauce, laisser épaissir 1 minute. Débarrasser sur un plat et servir sans attendre avec le riz.


22 comments:

Rosa's Yummy Yums a dit…

Un beau plat réconfortant et savoureux! Je prends note.

Bises,

Rosa

Enitram a dit…

Un plat qui conviendra parfaitement à nos papilles et à la nouvelle poêle paysanne de chez de Buyer que je viens de me procurer après la poêle du même nom qui me satisfait complètement !!!
Des oignons verts de printemps ?
Oui, on a envie de se laver un peu l'esprit en ce moment...
Bonne soirée

Gracianne a dit…

Rosa, merci.
Tu es toujours en grève de publication?
Bises à toi aussi.

Enitram, il faudrait que je regarde ces poêles de plus près. Elles sont plus épaisses que les woks, mais c’est le même principe, il faut les culotter correctement et elles conduisent bien la chaleur, ce qu’il faut pour ce genre de cuisson express.
Une botte de petits oignons, oui, simplement. C’est parfait pour utiliser les tiges qui restent quand on a mis les petits oignons dans une autre recette.

Somphet@lafourchettegourmande a dit…

Un festival de saveurs, j'en suis convaincue !  Biz

la nonna a dit…

un vrai bonheur reconfortant ta petite recette

Babzy a dit…

Se retrouver autour d'un tel plat doit réchauffer l’âme c'est sûr ! :)

Helene Picken a dit…

Que ce plat me donne envie. Je note pour la semaine prochaine(le casse tête des repas du soir). C'est très rapide et plutôt sain.
Je te souhaite un bon week-end.

Christine a dit…

Et ben voilà. Back to life.
Bises.

McdsM a dit…

En voyant tes plats, je me dis toujours: ' Allez j'essaie ! '
Mais à chaque fois, j'ai pas les bons ingrédients...
Alors faut faire les courses...rrrrrr
Biz

Marielle a dit…

C'est vrai que tout cela nous à laissé comme paralysé...
Mais la vie continue et autant se la rendre belle. J'ai envie d'asiatique aussi en ce moment, va savoir pourquoi, et je me mettrais bien à table chez toi ;o)
Bises Gracianne

Lucie et Nicolas a dit…

J'aime beaucoup ! Rapide à faire et délicieux

Au gré du marché a dit…

Oignons de printemps! Je lis le mot nouveau entre ces mots : c'est ce dont on a besoin, je crois!
Lou

MM a dit…

Tu sais que tu cuisines chinois plus que moi ? :-)
Il y a quelque temps, j'ai offert une poêle De Buyer à mes parents, plus fine et plus légère que la mienne, justement pour qu'ils puissent la soulever plus facilement et l'utiliser comme un wok (je crois qu'ils en sont contents).
(Quand je pense qu'ils ont bazardé les woks du resto quand mon père a pris sa retraite, ça me fait mal au cœur...)

Choupette a dit…

Je vais chercher les baguettes et j'arrive!

Tiuscha - Saveur Passion a dit…

déjà le printemps ? ;-)
Tout ce que j'aime ces saveurs asiatiues toutes simples. Bises

Hélène (Cannes) a dit…

J'imagine que dans ton quartier parisien, les uniformes doivent patrouiller sec .... Ici, pas vraiment, ou alors on ne les voit pas et ça me va plutôt bien ... Moi, ça m'a laissée triste mais surtout, très en colère, cette horrible histoire ... Mais bon, passons ... Ressasser ne changera rien. Occupons-nous plutôt à essayer de donner un peu de bonheur à ceux qui nous entourent. Ça, c'est facile à mettre en oeuvre. Et ça, tu le fais très bien ! Je te pique donc ta petite recette et irai faire un tour aujourd'hui, où je ne travaille pas, chez l'Asiatique de la ville pour refaire le plein de toutes ces choses qui me manquent pour pouvoir faire correctement ces woks que j'adore ...
Des bises en te souhaitant une bonne journée
Hélène

Margot Zhang a dit…

Oui, une très bonne idée d'utiliser le vert des oignons de printemps, c'est plus relevé que les oignons doux ! A tester très vite et à trouver un vin qui va avec, as-tu une idée ?

une aiguille dans l potage a dit…

Une recette qui me fait saliver !

Helene Picken a dit…

Nous nous sommes régalés. Le bœuf était très tendre. Le vert des oignons parfume la sauce. C'est divin. Merci encore. Bon week-end.

Happy_Cooking a dit…

Quand je viens ici, je sais toujours que je vais trouver mon bonheur. Cette fois, c'est ce boeuf sauté qui fera mon bonheur un jour ou l'autre. Merci Gracianne et bon we !

Véro a dit…

Comment ne pas transmettre que de la peur... ni d'incohérence, non plus (avec le recul, voilà dirait-on ce qui sort pour le moment du chaos)... En restant constant, peut-être? et en restant quoi qu'il arrive en place, solide, là où on nous attend.
Comme tu le fais avec ce magnifique plat : tu es là où je t'attends. Rassurante d'être bien toi. Parfait, ce boeuf...

Gracianne a dit…

Lucie et Nicolas, Hélène, encore une fois je suis ravie que mes recettes vous plaisent. Alex, Valérie m’a soufflé à l’oreille que tu l’avais super réussie aussi – ce qui ne m’étonne pas.

MM, mais moi je n’ai pas de parents qui me font de la cuisine chinoise à emporter toute la semaine, je suis bien obligée de me les cuisiner ces plats qui me font tant envie, surtout l’hiver. Et c’est franchement dommage pour les woks du restaurant, quand je pense au temps qu’il faut pour bien culotter un wok. Le mien a bien 25 ans, il vieillit plutôt bien.

Margot, oui, c’était très différent de ta recette aux oignons finalement, vraiment des saveurs prononcées. Pour le vin, je ne suis pas la bonne personne à qui poser la question, je n’ai pas le palais assez fin pour me lancer dans les accords mets-vins. Personnellement, je trouve que ce qui va le mieux avec la cuisine chinoise c’est une belle Lager bien fraiche, l’amertume légère de la bière fait ressortir la complexité aromatique des plats. Pour accompagner ce plat en particulier, s’il faut choisir un vin, je dirais un blanc du Jura (mais je ne saurais pas expliquer pourquoi exactement, je ne vais pas me lancer dans l’œnologie).

Toi aussi, tu es en place, solide, pilier ma Véro. Vraiment, j’admire ce que font les professeurs avec les enfants, les ados, pour si peu de reconnaissance. C’est tellement essentiel !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...