jeudi 14 octobre 2010

Le temps des pommes


Parce que d’autres en parlent mieux que je ne pourrais le faire :

« Pour bien apprécier l’essence sauvage et âcre de ces fruits d’octobre, il est nécessaire de respirer l’air aiguisé d’octobre ou de novembre. L’air et l’exercice dont profite le marcheur donnent un caractère différent à son palais et il désire un fruit que le sédentaire qualifierait d’agressif et de dénaturé. Ils doivent être mangés dans les champs, quand le corps est éveillé par l’exercice, quand le temps glacial vous mordille les doigts, quand le vent fait s’entrechoquer les branches nues ou bruisser les rares feuilles qui restent et quand alentour on entend le cri du geai. Ce qui est aigre à la maison, une marche tonifiante le rend sucré. Certaines de ces pommes devraient être ainsi étiquetées : « A manger au vent ».
[…]
Peintes par les frimas, certaines d’un jaune clair et éclatant, ou rouges, ou pourpres, comme si leur sphère entrainée par une rotation régulière, avait pu jouir des influences égales du soleil sur toute sa surface. Certaines se parent de la plus imperceptible touche de rose qu’on puisse imaginer, d’autres sont maculées de profondes trainées rouges comme la robe d’une vache, ou de centaines de vaisseaux sanguins réguliers rayonnant de la fossette de la tige à l’extrémité de la relique florale, comme des lignes méridiennes, sur un fond à la teinte de paille. D’autres arborent de fines touches de rouille verdâtre, ici et là, comme un subtil lichen, avec des marques cramoisies et des yeux plus ou moins convergents embrasés par l’humidité ; d’autre encore sont parsemées de nœuds, de taches de rousseurs et de pincées de poivre côté tige, avec de petites pointes pourpres sur fond blanc, échappées comme par accident du pinceau de Celui qui colore les feuilles d’automne. Il en est également qui sont parfois rouges à l’intérieur, comme imprégnées d’un beau feu, nourriture féerique, trop belles pour être mangées, pommes des Hespérides, pommes du soleil couchant ! Mais, comme les coquillages et les galets du rivage, elles doivent être vues scintillantes au milieu des feuilles flétries au fond d’un bois reculé, dans l’air d’automne, ou bien dormantes dans l’herbe humide, et non pas fanées, affadies à la maison. »
(un homme qui aimait les pommes – merci Patoumi)



Les pommes du jardin de mes parents ne sont pas complètement sauvages, mais pas entièrement domestiquées non plus, fermes, un peu âcres, une pointe d’amertume, et certainement cueillies dans le vent. Elles font merveille dans les gâteaux d’automne, comme celui-ci, un classique familial de ma maman dont la recette vient de la tante Renée. Simple, si simple, mais moelleux, caramélisé juste un soupçon, pratiquement que du fruit. J’ai tout juste rajouté une pointe de cannelle et de vanille à la recette originale, mais ce n’est pas indispensable, et remplacé le beurre doux par du ½ sel (et là c’est indispensable).


Gâteau aux pommes

Mélanger dans un saladier :
  • 7 cs de farine
  • 6 cs de sucre
  • 1 paquet de levure chimique
Mélanger dans un bol (par exemple un margrethe rouge cerise, merci Mingou):
  • 2 œufs entiers
  • 4 cs de lait
  • 3 cs d’huile
  • ¼ cc de cannelle moulue
  • ¼ cc de vanille liquide
Faire un puits dans la farine et y verser petit à petit le mélange du bol en fouettant pour obtenir une pâte semi-liquide. Peler les pommes, les couper en tranches fines et les incorporer petit à petit dans la pâte, jusqu’à saturation (environ 4 belles pommes).
Verser le mélange dans un moule beurré, et enfourner dans le four préchauffé à 210°C (thermostat 7).
Lorsque le gâteau est doré, après environ 20 minutes de cuisson, ajouter sur le dessus un mélange composé de :
  • 70g de beurre ½ sel fondu
  • 1 œuf
  • 4 cs de sucre
Remettre au four environ 15 à 20 minutes jusqu’à ce que le dessus soit bien doré et les bords légèrement caramélisés.

Imprimer la recette.

38 comments:

Rosa's Yummy Yums a dit…

J'adore les pommes en cuisine. Ta gâteau est superbe. J'en mangerais bien une belle tranche avec mon thé. Sympa ce texte...

Bises et bon jeudi,

Rosa

dumè a dit…

ah, voici une recette comme je les aime : avec des cuillères à soupe comme mesure.....

Ariane a dit…

j'adore les pommes sous toutes ses formes. C'est un fruit qui décline tant de variétés et de saveurs. Ton gateau sera au gouter de samedi ;-))

Paprikas a dit…

Je fond et je dis vive l'automne rien que pour voir des gâteaux pareils !!
Bizz

misa a dit…

Bon, je pense que j'ai trouvé le gâteau de ce week-end ;-)

Choupette a dit…

j'ai ma recette de gâteau aux pommes que je faisais pour les enfants quand ils rentraient de l'école, maintenant c'est pour mes petits enfants mais je pourrais bien tester celle-là avec sa croute caramélisée. ;-)

Vanessa a dit…

J'espère que tu as fait une belle promenade à l'air aiguisé avant de manger ce gâteau ;-) Le texte est vraiment chouette et le gâteau est magnifique. Je crois j'ai trouvé ma recette pour le week-end!

sopadeajo a dit…

"Pour bien apprécier l’essence sauvage et âcre de ces fruits d’octobre,"
En effet, il faut savoir apprécier ces fruits ceuillis dans la nature, souvent plus moches que chez le marchand des villes, souvent d´un goût plus fort, cadeau naturel à nos pieds; que l´on ne piétinera certainement pas. La sensibilité de l´amer-y-Cain que vous citez, sa proximité avec la nature-et pas avec les dollars-m´interloque.

A.P. a dit…

Le texte de Thoreau donne tellement d'envies de campagne, de nature, d'esprit libéré pour l'observation ou la contemplation, ou les deux...
J'essaierai ton gateau de Tante Renée, sûr !

Gourmandises Chroniques a dit…

La tante Rénée et ma grand mère avaient j'en suis sûre les mêmes références :-)

menus propos a dit…

un gâteau à dévorer devant la cheminée alors que le temps se refroidit.

Camille a dit…

j'aime bien tes gâteaux aux pommes - celui là, je l'essaierai en décembre, avec des pommes d'hiver, je te raconterai (ça sera certainement moins chouette qu'avec les pommes riantes des feuilles mortes)

(mais avec un peu de vanille et de cannelle, tu apportes toujours une touche américaine :)

Hélène a dit…

J'ai commencé à les ramasser. Malheureusement, je n'arrive pas à les garder très longtemps dans ma cave. Ce genre de gâteaux a toujours beaucoup de succès chez nous.
Bon week-end

Lefrancbuveur a dit…

Probably the best gateau in the world ;)

misa a dit…

Succulent : je l'ai testé et approuvé cet après-midi pour le goûter de mes 3 ogres... Il n'y en a plus ! Fondant, beaucoup de fruits et peu de pâte, avec un léger croustillant caramélisé sur le dessus. Et avec des poires ? J'en ai ramassé pas mal, je vais essayer...

Hélène de l'Ile Maurice a dit…

Un superbe gâteau aux pommes, très appétissant.
Bon week end.

MM a dit…

Ah mais c'est exactement ce gâteau que j'aurais dû faire dimanche dernier, au lieu de mon gâteau tout sec complètement raté... Je sens que celui-ci sera pour le prochain tea time :-)

Chris a dit…

Il est beau ton gateau aux pommes ! Ca me fait penser que j'ai reçu un cajeot de pommes de belle-maman...ta recette me donne des idées :)
Bon week-end à toi

maloud a dit…

J'ai pas attendu les températures d'automne. Tu m'a convertie aux pommes dans les gâteaux.

sopadeajo a dit…

http://masrecetasdecocina.wordpress.com/2009/12/01/tarta-de-manzana/

Et un hors sujet: ce qu´ils font aux arbitres qu´ils n´aiment pas à Boston sans que ça se remarque :
http://www.youtube.com/watch?v=YZthGDL0COM

gabriella a dit…

On vient de goûter avec ton gâteau
aux pommes ! Extra et facile à faire.
Le must c'est le mélange composé que
l'on verse dessus et qui caramélise.
Bon week-end.

bergeou a dit…

il me plaît beaucoup celui-là...

Babeth59 a dit…

je pense que j'aurais plus de chances de goûter à ce gâteau que de croquer une pomme dans les champs!.....

Au gré du marché a dit…

Ce superbe gâteau aux pommes ravira bientôt les membres de ma famille.
Lou

Tifenn a dit…

Bé zut alors, j'avais mis un com, et n'avais pas du kapatchater , interrompue sûrement...Cette recette me fait penser au Kerremma des Zotes. Mais c'est tellement plus beau, là, que je vais la tenter pour nous. Et toc.
(et avec le beurre, bien sur :-) )

RebelHedonist a dit…

Hum un bon gâteau aux pommes, faut que j'y pense :)

Et encore une bien belle bannière! Less is so much more :)

MM a dit…

Le gâteau est au four, il reste 5 minutes de cuisson, et les bloblotements et l'odeur laissent deviner un gâteau dément.

Anne a dit…

Mes parents m'ont apporté de bonnes pommes de leur verger! Ta recette est vraiment sympa, je suis certaine qu'elle va nous plaire.

Anonyme a dit…

J ai vu cette recette aujourd hui et je l ai testée immediatement.Elle est EXTRA !!!!
Facile à faire,gouteuse sans etre trop sucrée,fondante et parfumée...A faire les yeux fermés!!Bravo et merci!

MM a dit…

C'était dément (je dis "c'était", parce qu'il n'en reste quasiment plus - juste un tout petit morceau pour le petit dej de mon poulet demain).
Il a fait l'unanimité.
Merci !

Babzy a dit…

Le texte de Thoreau est juste génial , je l'ai savouré :) Et je m'en vais faire ce gâteau tout de suite !

Sophie a dit…

Des jolis mots, de la tarte au beurre 1/2 sel et en touche finale Woody Allen, ça ressemble un peu au paradis tout ça !

Enitram a dit…

J'aime ton billet, merci pour les références du livre, auteur que je ne connais pas et cette délicieuse recette classique ici dans nos contrées que j'apprécie tout particulièrement.
Quand j'irai ramasser mes pommes dans quelques jours, je penserai à tes mots, Gracianne!
A bientôt
PS : Je rentre juste de la bella Venezia mais quel bonheur de revoir ses pommiers, sauvages ou non!

Tiuscha - Saveur Passion a dit…

Sublime ce texte et le livre a l'air tout autant... Ici elles sont tout ce qu'il y a domestiqué (les anciens propriétaires étaient pépiniéristes dans la région) mais il y a des grises du Canada, un peu plus rustiques. Et aucun arbre traité.

Eglantine a dit…

tiens, toi aussi tu as une tante Renée... la mienne est adorable. Je confirme, la pomme coupée au couteau sous l'arbre et en plein vent ainsi que je la dégustais avec mon père dans les champs, c'est extra. J'ai un gâteau qui ressemble fort au tien, c'est la soeur de Renée qui me l'a appris, donc ma mère.

Mijo a dit…

Sauvages, "domestiques" qui n'aime pas les pommes ?
Encore une belle recette à manger.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je viens de tester le gateau (gâtô ^^). Au vu du beurre qui s'est écoulé à l'extérieur du bord du moule, je suggérerai de diminuer la quantité de beurre dans la dernière étape. Après, vous me direz que j'avais qu'à choisir un moule à bord plus haut.. néanmoins, je pense que 40 au lieu de 70 c'est envisageable. Pour nos artères aussi..

Gracianne a dit…

Chère anonyme, faites ce que vous voulez, l’essentiel est que cela vous plaise. Cela dit j’aurais tendance à penser que si l’on veut préserver ses artères, il vaudrait mieux ne pas manger de gâteau du tout ;)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...