vendredi 5 septembre 2008

Une tortilla sur les quais de la Seine



Paris est un port. Gris. On l’oublie, emportés par le tourbillon quotidien des rues.
Et pourtant, sa plus grande avenue, c’est la Seine. Grise. Tranquille. Clapotant doucement en bord de quai.



Il suffit de descendre sur les berges. Le trafic sur le pont de la Concorde n’est plus qu’une rumeur. Les pavés des Champs Elysées trop éloignés pour être vraiment gênants.Il y a des gens qui vivent là, sur les péniches.

Ils ont installé sur les ponts des tables, des chaises, des jardinières. Leurs maisons tanguent doucement au gré des vagues. Il n’y a personne. D’ailleurs je n’y ai jamais vu personne.
On peut déjeuner là, tranquille, loin du bruit, des foules. S’arrêter, retrouver toute la beauté de Paris. Savourer.



Tortilla de patatas

1 kg de pommes de terre à chair ferme
4 tranches de ventrèche
1 oignon
2 gousses d’ail
8 œufs
Sel, poivre
Piment d’Espelette

Faire revenir les pommes de terres coupées en cubes dans l’huile, jusqu’à ce qu’elles soient un peu dorées et fondantes. D’abord à feu moyen, puis à feu doux, à couvert. En fin de cuisson, ajouter la ventrèche découennée et coupée en lardons et l’oignon émincé. Laisser fondre, sans dorer. Ajouter l’ail émincé. Saler peu, poivrer, espeletter. Réserver.

Battre les œufs en omelette. Assaisonner (attention au sel, la ventrèche est très salée). Ajouter les pommes de terre. Bien mélanger.

Dans une sauteuse à fond épais, faire chauffer 3 cs d’huile. Verser le mélange. Baisser le feu et couvrir. Quand le dessus est pris, mettre des gants, couvrir la sauteuse d’une grande assiette et retourner la tortilla (attention aux projections d’huile). Remettre dans la poêle et faire dorer de l’autre côté, environ 5 minutes. Démouler dans un grand plat, éponger éventuellement avec du papier absorbant.
Servir chaud, tiède ou froid, avec une belle salade.

41 comments:

Requia a dit…

Une jolie assiette, un joli verre et de bonne choses au bord de la Seine grise ... J'aime bien cette pause déjeuner.

Olala a dit…

En voilà une pause déjeuner calme, sereine et... gourmande ! Je dois avouer aussi, que depuis que je ne vis plus sur Paris (ça fait maintenant plus de 3 ans que nous nous sommes intallés à Sausset les Pins sur la Côte Bleue) j'apprécie énormément d'y retourner, d'y flâner, de m'y promener !!!

Ta tortilla aux pommes de terre, bien épaisse, bien moelleuse, mmmhhh elle me fait vraiment trèèès envie :D

Bises
Olala

Giorgia a dit…

mmmhh, jolie cette tortilla... tu m'invites?!?

Choupette a dit…

C'est vraiment parfait pour se détendre et apprécier cette tortilla! Si des gens étaient passé ils t'auraient certainement enviée! ;-)

Gracianne a dit…

Une famille de touristes italiens est passée, ils n’ont même pas eu l’air surpris. Un chien aussi, celui-là était intéressé.

marion a dit…

je suis une calamité en tortilla :( tu me donnerais des cours ? dis ?

Paprikas a dit…

Les pauses déjeuners chez Gracianne c'est Chic et Choc :) et en plus au bord de la seine :)

Marie-France a dit…

C'est tellement plus agréable de déjeûner ainsi au bord de la Seine, loin du bruit de la foule des gens pressés qui se ruent dans les restaurants de quartiers ; un repas bucolique et propice à la rêverie, il fallait y penser et oser le faire.

lory a dit…

et bien..c'est un endroit original, et ta tortilla est très appétissante!!

Rosa's Yummy Yums a dit…

Une belle façon de déguster cette merveilleuse tortilla!

Bises et bon WE,

Rosa

Estèbe a dit…

Très joli post. On en attraperait presque une envie de péniche.

Tiuscha a dit…

Presque poétique... Paris, entre Prévert et Montand. Les pique nique sur les ponts, sur les quais, c'est assez courants, j'ai participé à plusieurs d'entre eux quand je n'étais pas encore vauclusienne... C'est bien agréable mais si la grisaille était de la partie plus que le soleil...

Anso a dit…

Là, je suis en train d'avaler un sandwich devant l'ordi et je me dis qu'il serait temps que je mette de la poésie sur mon plateau !!! Bisous

lena sous le figuier a dit…

Tu as bien raison de sortir déjeuner en plein air...la pause est ainsi une vraie récréation! A côté de chez moi, la Seine prend sa source et ne ressemble en rien à ce que tu vois...

pascale a dit…

C'est ca le bonheur non ? sortir des sentiers battus et de la routine et redécouvrir ce qui n'est pas loin ... excellent week-end à toi.

maloud a dit…

Et persiler, non?

Gracianne a dit…

Ah non, j'utilise tres peu de persil en fait. Tu en mets dans la tortilla?

Patricia a dit…

J'aime beaucoup cette impression d'être passagère clandestine, au coeur de la ville et pourtant à côté, comme en parallèle d'elle...

Gracianne a dit…

Oui, c’est joliment dit. La grande ville, si inhumaine parfois, recèle des petits ilôts de calme, hors du temps. Des placettes cachées, un banc dans les jardins du Palais Royal, la terrasse de la Samaritaine (quand on pouvait encore y monter). Mais on ne ressent jamais ça autant qu’au bord de la Seine.

lilizen a dit…

J'adorais les piques-niques parigots au bord de l'eaaaaauuuuuuu !
C'était gai...un brin canaille et rétro, une image d'Arletty et d'avant guerre traînait par là.
Ces moments de bonheur simple, ces dernières années, quelquefois ternis par l'image de la misère...des personnes vivant là...sous les ponts.

Cette image reste associée à celles des bonheurs des quais.
C'est plus fort que moi.

Côté tortilla, j'ai deux poeles lourdes comme deux ânes...si je ne me foule pas le poignet, je risque de m'éclater au dîner ce soir !
Je te bise.

lilizen a dit…

J'adorais les piques-niques parigots au bord de l'eaaaaauuuuuuu !
C'était gai...un brin canaille et rétro, une image d'Arletty et d'avant guerre traînait par là.
Ces moments de bonheur simple, ces dernières années, quelquefois ternis par l'image de la misère...des personnes vivant là...sous les ponts.

Cette image reste associée à celles des bonheurs des quais.
C'est plus fort que moi.

Côté tortilla, j'ai deux poeles lourdes comme deux ânes...si je ne me foule pas le poignet, je risque de m'éclater au dîner ce soir !
Je te bise.

Mijo a dit…

Qu'elle est triste cette première photo avec le verre vide !! ;-)

Pour moi, la meilleure tortilla, c'est celle de mon pote Armando de Barcelone. Mais la tienne semble pas mal non plus.

Maloud : Mais quelle idée de vouloir persiller la tortilla !!!

Tifenn a dit…

Dis donc, ça c'est du pique nique top classe!! et comment tu fais ça, tu viens de chez toi avec toutes ces belles choses, parce que là, ça me ferait aimer Pariis...(y en a qui vont me haïr! ne pas aimer Paris? ben non, j'aime pô!) sauf avec Gracianne (ou Marion, ou Murielle, ou Dorian, ou...)

Elvira a dit…

Quelle magnifique pause-déjeuner! Et avec une tortilla, avec ça! ;-)

Quand je suis en Espagne, c'est mon petit-déjeuner, avec une lichette de jambon cru à côté, dans l'assiette.

C'est bon, hein...?

Besos.

Elvira a dit…

PS: je vois ce que veut dire Malou... Au Portugal, il est impensable de ne pas mettre de persil plat haché dans une omelette. Moi-même, j'en mets tout le temps.

Papilles et Pupilles a dit…

Une pause déjeuner délicieusement parisienne :)

Gamelle a dit…

Si, Si, je t'assures, y'a des gens qui vivent sur ces péniches! Parfois même qu'ils prennent l'apéritif sur le pont(du bateau,pardi... pas l'autre!)les soirs d'étés quand la rumeur des voitures du quai en face s'estompe.
Tu le dis si bien, la Seine est la plus belle avenue de Paris. Nul doute qu'avec une tortilla, ce fut une parenthèse de bonheur.

Hélène a dit…

C'est Paris, comme dans les films américains que tu nous décris si bien. Il ne manque plus qu'un petit air d'accordéon (et un peu de rosé dans le verre)
Bises
Hélène

rosemary a dit…

Une sacrée bonne idée pour démarrer la rentrée ! J'avoue ne jamais être descendue sur ces quais là. Peut-être parce que leur accès est moins évident ... Du coup, ça me tente !

Anonyme a dit…

sympa la "pause tortilla" parisienne.... hum faut que je reprenne une fois le chemin de Paris !
Corinne

zab a dit…

Une brise de nostalgie souffle jusqu'ici. Savoir profiter de ces moments calme au bord de la seine, est un art de vivre. Je l'aime aussi très tôt le matin, la conciergerie, le pont marie ... que de souvenirs.

monique a dit…

J'aime beaucoup le Paris que tu décris...je réussis des choses bien plus compliquées mais je rate la tortilla à la p. de terre. Je vais essayer ta recette. Bises.

Audinette a dit…

Seine grise oui, mais un peu comme les photos en noir et blanc de Doisneau... toujours pleine de charme ...

irisa a dit…

Paris , plein de charme romantique derrière ton objectif , avec je dois dire une excellente tortilla un peu "exilée " sous ce ciel gris

Cocopassions a dit…

Ah, une belle pause et un reportage décalé...

mimosa a dit…

j'aime beaucoup Paris mais vu de cette façon "zen" je l'aime encore plus!!

Gracianne a dit…

Il y a beaucoup de façons de voir Paris. Certains s’y sentent oppressés et je le comprends parfaitement. C’est toujours l’impression que ça me fait quand je n’y suis pas venue depuis longtemps.
Mais j’ai la chance, le privilège, de travailler en plein centre, à cinq minutes de ces quais de Seine – ce qui explique Tifenn, que je puisse y amener des assiettes pour déjeuner avec mes collègues – tout près du jardin des Tuileries, pas loin non plus de ceux du Palais Royal. Pour moi c’est une des plus belles villes du monde. Il suffit seulement de continuer à la regarder, comme si on la découvrait chaque jour. Garder des yeux d’étranger. Il y a toujours quelque chose à découvrir.

Quant au verre vide, je vous vois venir ;) Et non, on a bu de l’eau cette fois là, sinon c’était sieste assurée l’après-midi au bureau.

Colette MARTINIC a dit…

AH j'en ai fait mais à ma façon :POST à venir....bisou

menus propos a dit…

Magnifique! Un pique-nique même pas improvisé (avec "vraie" vaisselle...) dans un endroit original... Bravo!

Mingoumango (La Mangue) a dit…

Je trouve ça super classe de pique-niquer avec une vaisselle pareille :-)

n-talo a dit…

c'est gris magnifique

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...