mercredi 29 septembre 2010

Tutti frutti pie

porte d'automne


Imaginaire.
Un paysage de plaines infinies, la montagne bleue dans le lointain.
Des barrières de bois et des troupeaux d'Appaloosas sauvages. 
Des indiens fiers et pacifiques dans leurs costumes de cuir brodé et des cowboys rudes et droits.
Une maison de bois isolée dans la montagne, le plancher sonore sous les éperons.
Un rocking chair grinçant sur la terrasse.
Des forêts primitives se détachant contre un ciel immense.

Oui, je sais, ça n'existe pas. On peut quand même avoir un coin de Far West dans la tête.

Et remplir la maison des effluves d'un pie aux fruits de ce début d'automne, acidulé, croustillant et moelleux à la fois. Dire adieu en beauté à l'été.



tutti frutti pie



Tutti frutti pie

Pâte à pie

  • 2 ½ tasses de farine (375g)
  • 1cc de sucre
  • 1 cc de sel
  • 1 tasse (2 sticks) de beurre doux froid coupé en morceaux (220g)
  • 6-7 cs d’eau glacée

Couper le beurre en cubes et le mettre au congélateur de 15 minutes à 1 heure. Il faut qu’il soit vraiment froid.
Mélanger la farine, le sucre et le sel dans le bol d’un robot. Ajouter le beurre et mixer, 6 à 8 fois, pour obtenir un mélange granuleux, avec des morceaux de beurre de la taille d’un petit pois. Ajouter l’eau glacée cuillérée par cuillérée, et mixer à chaque fois, jusqu’à ce que la pâte commence à s’agglomérer. Vérifier en la pinçant entre deux doigts qu’elle s’agglomère bien.
Verser le mélange granuleux sur un plan de travail fariné. Le séparer en deux et former deux disques, en pétrissant le moins possible, de façon à ce que les petits morceaux de beurre ne fondent pas et restent entiers dans la pâte.
Envelopper chaque disque dans du film plastique et laisser reposer au moins une heure au réfrigérateur. La pâte peut se conserver deux jours au frais. La faire ramollir quelques instants à température ambiante avant de l’abaisser.

tutti frutti slice

  • 2 tasses de tiges de rhubarbe épluchée et coupée en morceaux d’1,5 cm
  • 2 tasse de fruits mélangés (framboises, mûres, poires coupées en morceaux, pêches de vigne)
  • 1 tasse / 200g de sucre en poudre
  • 3 cs de tapioca ou 4 cs de maïzena
  • 1 pincée de sel
  • 1 œuf pour la dorure

Sortir la pâte du réfrigérateur environ 10 minutes à l’avance.

Mélanger la rhubarbe et les fruits avec le sucre, le sel et la maïzena. Réserver 10 minutes.

Préchauffer le four à 200 ºC.

Sur une feuille de papier sulfurisé légèrement farinée, étaler le premier disque de pâte finement. Elle est assez difficile à étaler, un peu de muscles sont nécessaires ;) Beurrer le moule à pie (bords évasés) et y déposer la pâte, feuille de papier au dessus, en laissant dépasser environ 2 cm de pâte autour du moule. Détacher la feuille de papier.
Déposer le mélange de fruits dans la pâte.
Abaisser le deuxième disque. Le déposer au dessus du premier. Pincer les bords de la pâte avec celle du dessous, puis rouler de façon à fermer la tourte hermétiquement.Avec un couteau pointu, entailler la pâte en étoile de façon à permettre à la vapeur de s'échapper pendant la cuisson.
Dorer à l’œuf battu avec 1 cc de lait.

Enfourner à 200 ºC, puis au bout de 20 minutes, baisser la température à 180 ºC et laisser cuire encore de 30 à 40 minutes. Démouler sur une grille et laisser complètement refroidir (plusieurs heures à température ambiante) avant de servir, afin que le jus épaississe.

Imprimer la recette.

Hors sujet, mais ça me fait penser à ca:

dimanche 26 septembre 2010

Un regard

Micro publicité pour un photographe local, qui, en dehors de ses instantanés de manifs parisiennes, fait aussi de très belles photos de l'architecture et des paysages du Vexin.

Si vous êtes dans la région...

jeudi 23 septembre 2010

Automne social


















Photos de Cyril Badet.

Il est plutôt doué mon voisin non?

P.S : ce matin, après l’équinoxe, la grève continue sur ma ligne de train. Mais un pote avait prévu croissants, café et thé chaud pour tout le monde. La bonne humeur était là. C’est l’essentiel.

mardi 21 septembre 2010

Avant l'equinoxe

Curry rouge de porc et poivre vert


Je serais bien restée couchée. Il fait froid, déjà, le matin. La campagne est comme noyée, voilant et dévoilant des paysages inconnus au gré des bancs de brume.
Le soleil se lève rouge.
La voiture, heureusement, connait la route.

Il faut juste avoir l’idée, et l’envie. D’un curry thaï qui réchauffe, pourquoi pas, un plat feu d’artifice. Curry rouge, poivre vert frais craquant et piments pour la chaleur, aubergines thaï pour l’amertume et le côté « chewy », lait de coco pour l’onctuosité, sauce de poisson pour l’âcreté acide, combava pour la fraicheur et sucre de palme pour la douceur. Ca fuse ! J’aime bien.

Curry de porc Thai


Curry rouge de porc au poivre vert frais
  • 60 ml de lait de coco
  • 2 cs de pâte de curry rouge
  • 3 cs de sauce de poisson
  • 1,5 cs de sucre de palme
  • 500g de porc maigre tranché finement
  • 440 ml de lait de coco
  • 280g d’aubergines thaï coupées en deux
  • 75g de poivre vert frais, lavé
  • 7 feuilles de combava (ou un peu de combava râpé)
  • 2 longs piments rouges, épépiné et finement tranchés.

Faire chauffer les 60 ml de lait de coco à feu moyen pendant 5 minutes. Ajouter la pate de curry rouge, mélanger et laisser cuire quelques minutes le temps que les aromes se dégagent. Ajouter la sauce de poisson et le sucre. Laisser cuire 2 minutes. Ajouter la viande et laisser cuire 5-7 minutes.
Ajouter le lait de coco, bien mélanger et laisser encore cuire 5 minutes. Ajouter les aubergines et le poivre vert et laisser cuire environ 5 minutes jusqu'à ce que les aubergines soient cuites mais encore craquantes. Ajouter les feuilles de combava (ou le zeste) et servir aussitôt avec décoré de lamelles de piment rouge, avec du riz blanc.

Encore une recette tirée de Thailande Saveurs du bout du monde, éditions Michel Lafon.

Imprimer la recette.

mercredi 15 septembre 2010

Et si on partait, loin ?


Un pâle soleil s’est levé ce matin sur le jardin détrempé. Je me suis réveillée avant le jour, au son de la pluie gargouillant dans les gouttières.
Au journal du matin sur Inter, l’actu n’est pas des plus réjouissantes.
Que faire?
Faire une pause, respirer par le ventre, déguster une pastilla de café con leche ou une belle framboise perlée de pluie.
Et puis publier une recette du bout du monde, du pays du sourire (quoique), histoire de se reposer l’esprit cinq minutes. On est là pour ça après tout, pour la petite part de rêve. Ou non ?




Crevettes à la coriandre et aux piments
Kung phat bai phak chii lae phrik
(4 personnes)

  • 12 belles gambas crues
  • 1 gousse d’ail finement tranchée
  • 1 cs de feuilles de coriandre finement hachées
  • ½ a 1 long piment rouge, épépiné et finement tranché
  • 2 cc de jus de citron vert
  • 2 cc d’huile végétale
  • 1 cc d’huile de sésame
  • 1,5 cc de sauce de soja douce
  • 1 cs de sauce d’huître
  • ¼ cc de poivre blanc moulu
  • 4 brochettes de bambou

Décortiquer les crevettes sans enlever la queue. Entailler le dos pour les ouvrir et retirer le boyau.
Mélanger l’ail, la coriandre, le piment, le jus de citron vert, l’huile végétale et de sésame, la sauce de soja douce, la sauce d’huitre et le poivre moulu dans un plat creux. Ajouter les crevettes et bien les couvrir de marinade. Couvrir avec un film plastique et laisser mariner dans le réfrigérateur pendant au moins 30 minutes ou toute une nuit.
Faire tremper les brochettes en bambou dans de l’eau pendant 1 heure pour éviter qu’elles ne brûlent durant la cuisson. Embrocher les crevettes.
Préchauffer le barbecue ou le grill du four à haute température. Tapisser la plaque du four avec une feuille d’aluminium en cas de cuisson au grill. Placer les crevettes éloignées de la source de chaleur et laisser cuire pendant 8 a 10 minutes de chaque cote. Retourner fréquemment les brochettes jusqu'à ce que les crevettes deviennent roses et soient parfaitement cuites. Ajouter de la marinade sur les crevettes pendant la cuisson si nécessaire. Servir chaud avec de la sauce pimentée aigre douce.

Recette tirée de l’excellent Thailande Saveurs du bout du monde, éditions Michel Lafon.

Imprimer la recette.


P.S:


Liberté, égalité ... - France Inter

samedi 11 septembre 2010

Rentrée à la mangue

Mango coco ice cream


Pas grand chose à raconter.

Rentrée des classes.
Nettoyage de rentrée de la maison.
Inscription au foot du plus grand.
Achat fournitures scolaires.
Rentrer du bois pour l'hiver.
Première grève des trains de la saison.

Ça c'est fait.

A faire:

Inscription de la plus jeune à la gym.
Finir de rentrer le bois.
Terminer le rangement des placards.
Vider la piscine.
Finir la cueillette des framboises, et des quelques tomates.
Grève des trains du 23 septembre (1er jour de l'automne).
Tout ça quoi.....

Quand même, une glace mangue-coco, dont l'idée vient de chez Cathy, et qui était si douce et fondante qu'elle mérite d'être évoquée.


Mango coco

Glace mangue-coco

3 mangues mûres (environ 850g de chair)
30 cl de lait de coco
3 cs de sucre de canne liquide
1 jus de citron vert

Mixer ensemble les ingrédient très finement. Réserver au frais plusieurs heures.

Verser dans la machine à glace et turbiner environ 20 minutes.

Elle est excellente tout juste faite, moelleuse. Si vous voulez une glace plus ferme, mettez là au congélateur un heure avant de la servir.

Imprimer la recette.

Tiens, en passant, un coup de cœur ancien:


leo ferré - pauvre rutebeuf

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Rutebeuf - 1230-1285

mardi 7 septembre 2010

Le petit livre vert

petit livre vert


J'aime bien ces petits livres des éditions de l'Épure - le nom à lui seul me plait, il va à l'essentiel. J'aime être la première à me les approprier, à en couper les pages, ce côté reliure à l'ancienne mais sans ostentation. De jolis objets. Mais pas seulement. Il y a là, faute d'illustration, un appel à l'imagination du lecteur qui m'attire particulièrement. Il est rare qu'il n'y ait pas dans ces livres une ou deux recettes qui me parlent, par leurs ingrédients, leur originalité, ou leur évidente simplicité. L'habileté des auteurs à faire naitre dans l'esprit du lecteur des images gourmandes au travers de quelques lignes sobres me surprend à chaque fois. Il faut de bons auteurs.

Véro Chapacou, en plus d'être une amie, est de ceux là. Après un excellent petit livre sur les joies du St Nectaire fermier, elle nous offre un nouvel opus sur la menthe, à la fois simple et subtil. Menthe pouliot, Nanah, menthe poivrée, menthe citron ou menthe chocolat, elle nous donne envie de les cuisiner toutes. Elvira a mis des images sur le blondie menthe blanc et l'Aigre doux de melon mentholé. Je fais de même pour le poulet mariné à la menthe citron. On va peut-être s'arrêter là, il ne faudrait pas divulguer toutes les recettes du livre. Quoique, les billes de lentilles corail à la menthe douce...




Poulet mariné à la menthe citron
  • 10g de feuilles de menthe citron*
  • 4 cuisses de poulet fermier
  • 2 gousses d'ail
  • 7 cl d'huile d'olive
  • 1 cc de graines d'aneth**
  • 2 cs de jus de citron vert
  • sel, piment d'Espelette
Faire tiédir l'huile d'olive avec les graines d'aneth et laissez infuser 10 mn hors du feu. Verser le tout dans un blender, ajouter la menthe, les gousses d'ail épluchées, le jus de citron, un pointe de sel et de piment d'Espelette.
Mixer finement pour obtenir une marinade. Réserver quelques cuillères à soupe de cette préparation et verser le reste dans un grand plat creux.
Enrober les cuisses (j'ai pris un poulet entier découpé en morceaux) de marinade, couvrir avec un film alimentaire et réserver au frais 2 heures.
Au moment de cuire, égoutter légèrement les cuisses pour retirer l'excédent de marinade, puis les faire griller au four ou au barbecue. Assaisonner durant la cuisson.
Servir le poulet grillé accompagné d'une salade verte ou d'une salade de pommes de terre tièdes, assaisonnées avec la marinade réservée.

* je n'ai pas de menthe citron, j'ai pris la menthe du jardin - mais promis, au printemps prochain je me mets à la recherche de ces menthes parfumées.
** j'ai utilisé des graines de fenouil, que j'avais sous la main, j'imagine que le goût doit être assez proche.

Publier la recette.